La banque du Vatican, maison de discrédit

le
0
Parmi les dossiers épineux dont il hérite, le pape François devra remettre de l'ordre à l'IOR, un institut financier cerné par les enquêtes judiciaires.

Le vif échange entre cardinaux a eu lieu à la veille du conclave, vingt-quatre heures avant que les 115 prélats vêtus de pourpre se retirent dans la chapelle Sixtine pour élire un nouveau pape. Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat, nommé camerlingue à la démission de Benoît XVI, s'en prend au Brésilien João Braz de Aviz, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée. Le puissant monsignore italien, véritable Premier ministre du Vatican, reproche à l'ancien archevêque de Brasilia d'avoir divulgué à la presse le compte-rendu d'une intervention effectuée deux jours plus tôt, où il critiquait la gestion de l'Institut pour les oeuvres de la religion (IOR, la banque vaticane) ainsi que celle de la curie romaine. Mgr Braz de Aviz demande la parole et riposte sèchement qu'il n'a rien fait fuiter. Avant ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant