La Banque du Japon se dit plus optimiste sur l'économie

le
6
LA BANQUE DU JAPON MAINTIENT SA POLITIQUE MONÉTAIRE
LA BANQUE DU JAPON MAINTIENT SA POLITIQUE MONÉTAIRE

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - La Banque du Japon (BoJ) a maintenu en l'état mercredi sa politique monétaire et émis un jugement plus positif sur l'évolution des dépenses d'investissement, laissant entendre que l'économie nippone n'aura pas besoin de nouvelles mesures de soutien monétaire pour absorber le choc de la hausse du taux de TVA.

Le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, a redit que le pays était bien parti pour atteindre dans un an environ l'objectif d'un taux d'inflation de 2%.

"Notre politique d'assouplissement quantitatif est en train de produire les effets souhaités", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, reprenant une nouvelle formulation inaugurée dans le communiqué de politique monétaire de la banque centrale.

"La Banque du Japon maintiendra sa politique jusqu'à ce que l'objectif de 2% soit atteint de manière durable", a-t-il ajouté.

En plus d'estimer que les rachats d'actifs produisent "les effets souhaités", la BoJ a, dans son communiqué, supprimé la phrase qui décrivait le Japon comme étant en déflation, signe qu'elle pense désormais que l'objectif d'inflation pourra être atteint sans nouvelle mesure d'assouplissement.

"Les dépenses d'investissement ont augmenté de manière modérée à mesure que les profits des entreprises se sont améliorés", a en outre écrit la banque centrale qui, le mois dernier, évoquait simplement des signes plus clairs d'augmentation des dépenses des entreprises.

En réaction, le yen a atteint ses plus hauts niveaux depuis trois mois et demi face au dollar et l'euro, à respectivement 100,805 pour un dollar et 138,26 pour un euro.

"LA MOITIÉ DU CHEMIN"

Le comité de politique monétaire a voté à l'unanimité, comme attendu, la poursuite du programme d'assouplissement quantitatif de la BoJ consistant à racheter des bons du Trésor au rythme annuel de 60.000 à 70.000 milliards de yens (432 à 505 milliards d'euros).

"L'économie japonaise se redresse modérément et a fait la moitié du chemin jusqu'à l'objectif d'inflation de 2%, la Banque du Japon maintiendra donc sa politique d'assouplissement quantitatif", a déclaré Haruhiko Kuroda.

Il a estimé que l'appréciation du yen ne se justifiait pas, d'autant que la Réserve fédérale américaine était, elle, en train d'arrêter progressivement son propre programme d'assouplissement quantitatif.

L'économie japonaise a connu au premier trimestre sa croissance la plus soutenue depuis plus de deux ans, les dépenses de consommation et d'investissement ayant été particulièrement élevées avant le relèvement de trois points, de 5% à 8%, du taux de TVA en avril.

Les commandes de machines ont bondi en mars, un bon signe pour l'investissement des entreprises, mais les exportations n'ont progressé que de 0,6% en avril par rapport au mois précédent selon les chiffres du commerce extérieur publiés mercredi.

Sur un an toutefois, les exportations ont progressé de 5,1% en avril, un chiffre meilleur que prévu et qui fait suite à une hausse de 1,8% en mars.

(Bertrand Boucey et Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le mercredi 21 mai 2014 à 11:07

    Les japonais ont beaucoup de laine à tondre faut pas les étrangler trop vite. Etape 1 on crée un déficit de toutes pièces, si possible en subventionnant grassement les banquiers. Etape 2 on emprunte plein de sous aux banquiers pour financer le déficit. Etape 3 on tond la population pour payer les intérêts de la dette due aux banques.

  • marshaka le mercredi 21 mai 2014 à 11:03

    L'année dernière aussi elle était optimiste et l'année d'avant aussi résultat le déficit commercial est abyssal... à quand la faillite ?

  • r.espic le mercredi 21 mai 2014 à 10:20

    Le Japon est perdu: déficits budgétaire et commercial abyssimaux.

  • M4328752 le mercredi 21 mai 2014 à 09:36

    ils ont touché le fond mais creusent encore

  • guerber3 le mercredi 21 mai 2014 à 08:21

    La banque du Japon , elle ne peut rien faire, puisque ses munitions, elle doit les fabriquer avec sa planche à billets...!

  • pascalcs le mercredi 21 mai 2014 à 07:47

    Les nouvelles maths : 500 milliards d’euros injectés par an pour rapporter 80 milliards d’euros par an de PNB supplémentaire. Autant distribuer directement l’argent aux Japonais. Grotesque système en déliquescence avancée.