La Banque du Japon maintient en l'état sa politique de soutien

le
5
LA BANQUE DU JAPON MAINTIENT EN L'ÉTAT SON SOUTIEN À L'ÉCONOMIE
LA BANQUE DU JAPON MAINTIENT EN L'ÉTAT SON SOUTIEN À L'ÉCONOMIE

par Stanley White et Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - La Banque du Japon a annoncé mardi le maintien en l'état de sa politique de soutien à l'économie, jugeant que la reprise économique restait sur de bons rails, en dépit d'une détérioration de la santé du secteur des exportations.

Elle a en revanche relevé sa prévision pour les dépenses d'équipement et fait état de son optimisme pour les perspectives de la production industrielle et de la consommation alors qu'approche le relèvement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), programmé pour le 1er avril.

La confiance affichée par la banque centrale japonaise ne suffit toutefois pas à apaiser les craintes qui prévalent sur l'évolution de la demande une fois que la hausse de la TVA aura été appliquée.

En outre, beaucoup d'observateurs redoutent que les exportations se révèlent insuffisantes pour soutenir la croissance, d'où un certain nombre d'appels en faveur d'un approfondissement de la politique de soutien.

Comme attendu, la BoJ a maintenu son plan de rachat d'actifs, au rythme annuel de 60.000 à 70.000 milliards de yens (418 à 488 milliards d'euros). Ce plan a été lancé en avril dernier afin de faire sortir l'archipel nippon de la spirale déflationniste dans laquelle il est englué depuis une quinzaine d'années.

Lors d'une conférence de presse, le gouverneur de la BoJ Haruhiko Kuroda a déclaré qu'il ne voyait pas l'utilité d'ajuster la politique monétaire étant donné que, selon lui, l'économie japonaise allait continuer d'avancer à un rythme supérieur à son taux de croissance potentiel.

La BoJ a dit avoir constaté un ralentissement des exportations alors qu'elle disait le mois dernier que le secteur était sur le chemin de la reprise.

Selon Haruhiko Kuroda, le ralentissement des exportations s'explique toutefois par des facteurs temporaires et elles devraient repartir dès que ces derniers auront cessé de produire leurs effets.

L'économie japonaise, a-t-il ajouté, est en voie d'atteindre un rythme d'inflation de 2% - l'un des principaux objectifs de la BoJ - au début de l'année 2015.

Le Japon a enregistré en janvier un déficit des comptes courant record, en raison notamment de la fragilité de son secteur des exportations, remettant en question la théorie de la BoJ selon laquelle il continuerait de s'améliorer, parallèlement à l'économie américaine.

Sur le front des dépenses d'équipement, la BoJ a en revanche changé de registre, évoquant des "signes clairs de reprise" là où elle n'évoquait le mois dernier que des signes de reprise.

(Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb le mardi 11 mar 2014 à 11:33

    tout le monde sait que cette politique de création de monnaie ne mène à rien. Mais on continue, en espérant faire durer le problème jusqu'à ce qu'il y ait des élections.

  • M7817796 le mardi 11 mar 2014 à 11:23

    Les théories économiques des 1% sont "caduques" et nous le savons tous.

  • lorant21 le mardi 11 mar 2014 à 10:56

    Cela ne marche pas? on en rajoute.

  • M1352413 le mardi 11 mar 2014 à 10:55

    heureusement nous on a Montebourg!

  • guerber3 le mardi 11 mar 2014 à 08:57

    La croissance aujourd'hui a besoin de fausse monnaie...le monde appartient donc aux faux monnayeurs, des politiques de bas étage qui annoncent des jours meilleurs, leur incompétence les discrédite totalement...même au Japon...!