La Banque du Japon laisse sa politique inchangée, le yen s'envole

le
0
 (Actualisé avec déclarations de Kuroda, commentaires 
d'économistes) 
    par Leika Kihara et Stanley White 
    TOKYO, 28 avril (Reuters) - La Banque du Japon (BoJ) a 
annoncé jeudi qu'elle avait laissé sa politique monétaire 
inchangée, prenant de court nombre d'investisseurs qui avaient 
tablé sur de nouvelles mesures d'assouplissement au vu de 
différents facteurs menaçant de faire dérailler une reprise 
économique fragile. 
    A la suite de la décision de la BoJ, intervenue après une 
réunion de politique monétaire de deux jours, l'indice Nikkei de 
la Bourse de Tokyo s'est retourné à la baisse pour terminer en 
baisse de 3,61% tandis que le yen s'envolait par rapport au 
dollar et à l'euro, qui cédaient tous deux près de 2% face à la 
devise japonaise. 
    "La décision a été une surprise totale. Je pensais que la 
BoJ assouplirait davantage pour accélérer le tendance sur le yen 
qui s'est affaibli avec les anticipations d'un nouvel 
assouplissement", a dit Hideo Kumano, économiste chez Dai-ichi 
Life Research Institute. 
    Le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, a défendu la 
décision prise en disant qu'une amélioration régulière de la 
situation de l'économie permettait à la banque centrale de 
prendre le temps d'évaluer les effets des précédentes mesures 
d'assouplissement, dont le recours à des taux négatifs. 
    "Ayant dit cela, il y a des risques importants sur les 
perspectives de l'économie japonaise et des prix. Nous 
examinerons très attentivement les risques pour l'économie et 
les prix et n'hésiterons pas à prendre de nouvelles mesures 
s'assouplissement si nécessaire", a-t-il dit lors d'une 
conférence de presse.  
    A l'occasion d'une revue trimestrielle de ses projections, 
la Banque du Japon a revu à la baisse ses prévisions d'inflation 
et repoussé de six mois le moment où elle voit cette inflation 
atteindre son objectif de 2%. 
    L'institut d'émission a néanmoins réaffirmé son opinion 
selon laquelle il voit la troisième économie mondiale poursuivre 
sur sa trajectoire de croissance modérée. 
     
    ATTENTISME 
    "A ce stade, la Banque du Japon adopte un mode attentiste 
pour évaluer les effets de sa politique de taux négatifs. Au 
bout du compte, je pense que la BoJ enfoncera encore davantage 
ses taux en territoire négatif au cours de l'année, peut-être 
après les élections (du Sénat) de juillet", a estimé Hidenobu 
Tokuda, économiste chez Mizuho Research Institute. 
    Par huit voix contre une, la Banque du Japon a réaffirmé son 
engagement d'accroître la base monétaire au rythme annuel de 
80.000 milliards de yens (646 milliards d'euros), au moyen 
d'achats d'obligations d'Etat et d'actifs à risque, effectués en 
vertu de son programme d'assouplissement monétaire quantitatif 
et qualitatif. 
    Elle a également laissé inchangé, par sept voix pour et deux 
contre, à -0,1%, le taux appliqué à certaines des réserves 
excédentaires des banques. 
    La Banque du Japon a également annoncé un programme de 300 
milliards de yens de prêts à taux zéro pour des institutions 
financières affectées par les tremblements de terre qui ont 
secoué ce mois-ci le sud du pays. 
    Le statu quo monétaire de la BoJ est intervenu après des 
données montrant que les prix à la consommation avaient accusé 
en mars leur recul le plus marqué en trois ans au Japon et que 
les dépenses des ménages avaient subi leur baisse la plus 
prononcée en un an.  ID:nL5N17V049  
    La Banque du Japon a dit anticiper désormais une hausse des 
prix à la consommation de 2% "au cours de l'exercice fiscal 
2017" se terminant le 31 mars 2018. Au cours de sa précédente 
prévision, la BoJ avait estimé que cet objectif serait atteint 
au cours du premier semestre de l'exercice 2017-2018. 
    Malgré le raffermissement du yen, la faiblesse de la demande 
mondiale et celle de la consommation intérieure, les 
responsables monétaires japonais sont hésitants avant de prendre 
d'éventuelles nouvelles initiatives. 
    S'ils sont nombreux à s'inquiéter des sombres perspectives 
de l'économie, ils se montrent prudents devant la réduction des 
instruments à leur disposition après avoir opté pour des taux 
négatifs au mois de janvier. 
 
 (Benoît Van Overstraeten et Marc Joanny pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant