La Banque de France est plus rentable que la BCE

le
8

La Banque de France a dégagé un résultat net supérieur à celui de la BCE pour l'exercice 2014.
La Banque de France a dégagé un résultat net supérieur à celui de la BCE pour l'exercice 2014.

On pourrait croire que la Banque de France a perdu de sa superbe depuis que la politique monétaire est pilotée à l'échelle européenne par la BCE. Pourtant, la banque centrale française est toujours bien présente dans le paysage économique, et réalise même un excellent exercice 2014.

Les résultats de la Banque de France ont été présentés mardi 24 mars en cours de journée par Christian Noyer, son gouverneur. On en retiendra un résultat net de 2,1 milliards d'euros pour l'exercice de l'année passée, après la prise en compte de l'impôt sur les bénéfices de 2,2 milliards d'euros dont s'est acquittée l'institution auprès de l'Etat. À titre de comparaison, la BCE n'a réalisé un résultat net « que » d'un milliard d'euros sur la même période.

Miracle ou déception ?

Pour Jean-Pierre Robin du Figaro, les résultats de la Banque de France « sont proprement miraculeux » et même « stupéfiants compte tenu de la chute des taux d'intérêt ». L'interprétation est moins rose du côté des Echos, qui relèvent de leur côté que « la Banque de France [est] affectée par les taux bas », soulignant la baisse du résultat net de l'institution de 14% par rapport à l'année précédente.

Quelle qu'en soit l'appréciation, la Banque de France continue en tout cas de gérer des activités en tant que banque centrale nationale, certes déchargée de la politique monétaire, mais toujours présente dans la gestion obligataire en gardant des prérogatives complémentaires à celles de la BCE.

Or dans ce cadre, « la BCE a ramené à presque rien (0,05%) la rémunération demandée aux banques sur les liquidités qu'elle leur avance. De même, les billets dont elle a le monopole d'émission lui rapportent d'autant moins que le prix de l'argent est proche de zéro. Les deux principales sources de profit d'une banque centrale se sont donc taries », expliquait Jean-Pierre Robin.

Gestion de portefeuille obligataire

Comment expliquer, alors, les performances financières de la Banque de France ? La réponse se trouve en grande partie dans le fait que que la BdF gère un portefeuille de près de 80 milliards d'euros sur le marché obligataire, explique Figaro. En effet, avant que la BCE achète elle-même des obligations d'Etat sur les marchés dans le cadre du « quantitative easing », les banques centrales nationales ont pu racheter elles-mêmes ces types d'actifs de manière autonome. La baisse des taux constatée en 2014 a peu affecté la Banque de France, qui détiendrait encore massivement d'anciens titres français émis à plus de 3% il y a quelques années.

Cette tendance est loin de se tarir : les rachats de dette française reprennent de plus belle alors que le « quantitative easing » de la BCE implique également des rachats massifs de la part des banques centrales nationales. À titre d'exemple, la BdF a racheté depuis le 9 mars dernier des obligations d'Etat françaises pour la somme de 5,7 milliards d'euros, augmentant ainsi la taille de son bilan. Toutefois, ces titres rapporteront beaucoup moins que les précédents alors que le taux français de l'OAT 10 ans est désormais tombé à 0,4%.

À noter que l'institution a également réalisé des économies de personnel, passant progressivement de 20 000 agents en 2003 à 16 500 agents en fin d'année dernière. L'objectif affiché : continuer ces économies en atteignant 10 000 agents à l'horizon 2020.

X. Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • launor le vendredi 27 mar 2015 à 16:34

    Les bénéfices de la BDF et une part de ceux de la BCE reviennent à leurs actionnaires :les états me semble t il.Moins de personnel dans ces banques = plus de bénéfices pour les états et moins d'impôts pour les autres contribuables.

  • b.renie le jeudi 26 mar 2015 à 05:37

    Les banques centrales redeviendront les agents d'exécution de la politique monétaire décidée par la BCE pour accompagner le développement de l'activité économique de l'UE. Il faudra bien un jour que l'on réforme profondément l'organisation de lmarché financier pour sécuriser le secteur bancaire qui actuellement est toujours à risque. Les banques centrales en seront les pivots

  • ceriz le mercredi 25 mar 2015 à 18:42

    16000 ? ils font quoi la dedans? doublon avec le bc e puisque la bdf n'a aucune vocation today.

  • stricot le mercredi 25 mar 2015 à 16:11

    Oui, forcement si elle a achete des bons tout au cours de son existence, plus les taux actuels sont bas plus les anciens bons a taux plus eleve prennent de valeur, le principe meme du marche Fixed Income! Mais effectivement ceci ne dure qu'un temps. Et je n'en reviens pas qu'elle ait encore 16500 employes. Wow. J'aurais dit quelques centaines, 1000 ou 2000... mais pourquoi 16000???

  • 300CH le mercredi 25 mar 2015 à 16:04

    Bin!! si notre banque fait mieux, qui est plus rentable, donc l'Europe est un frein pour la France, alors pourquoi rester dans l'Europe?, si la Banque, la BCE fait moins bien, donc Marine à raison, on ira mieux sans l'Europe, lol

  • 750gr le mercredi 25 mar 2015 à 15:37

    @ccoudra. 1-Les bénéfices ne sont pas réservés aux sociétés privées. 2- La BDF ou la BCE ont aussi des activités qui s'apparentent à des activités commerciales, les services qu'elles proposent ne sont pas gratuit - c'est la la sécu - donc pas étonnant qu'elle fasse des bénéfices. Quand les banques comerciales font des dépots dans ces banques rémunérées à 0% mais que la BCE ou la BDF prêtent à 0,5 ou 1% c'est autant de bénéfices. 3- La BCe peut aussi faire des pertes en cas de defaut de la Grèce

  • ccoudra2 le mercredi 25 mar 2015 à 15:07

    Je ne comprend pas comment la banque de France ou la BCE peuvent réaliser des bénéfices !!!! ce sont toutes les deux des banques centrales qui gèrent la monnaie et ses règles et ce ne sont pas des banques commerciales comme la BNP ou société générale pour ne pas citer qu'elles .... Je ne comprend pas comment nos banques centrales puissent parler des bénéfices et des impôts sur les bénéfices... quelqu'un peut m'expliquer svp !!!

  • M7097610 le mercredi 25 mar 2015 à 15:06

    les titres sur l'Etat deraient être annulés. Le contribuable paie 100 % des bénéfice de la BDF