La Banque d'Angleterre pourrait injecter de nouvelles liquidités

le
0

LONDRES (Reuters) - La Banque d'Angleterre a annoncé mercredi une révision de ses prévisions de croissance et d'inflation et laissé entendre qu'elle pourrait devoir injecter des liquidités supplémentaires dans une économie britannique qu'elle estime mal en point.

"Les perspectives de l'économie britannique se sont détériorées", déclare la banque centrale dans son rapport trimestriel sur l'inflation.

Le gouverneur de la BoE, Mervyn King, estime que les conditions de marché se sont détériorées depuis août, ce qui veut dire que l'économie britannique pourrait rester stagnante jusqu'à la mi-2012.

La banque centrale, qui a augmenté son programme de rachat d'actifs de 75 milliards de livres pour le porter à 275 milliards le mois dernier, estime que l'inflation tombera à 1,3% fin 2013 et sous son objectif de 2% à la fin 2012 quand les effets d'une augmentation de la TVA se seront estompés.

L'inflation s'est établie à 5% en octobre. Dans ses prévisions d'août, la BoE estimait que l'inflation reviendrait juste au-dessus de 2% à la fin 2012 et à 1,7% fin 2013.

En terme de croissance, la BoE anticipe désormais une augmentation du produit intérieur brut (PIB) inférieure à 1% pendant toute l'année 2012.

Ces prévisions vont dans le sens de ceux qui pensent que la Banque d'Angleterre injectera 50 milliards de livres supplémentaires dans la relance lors de son prochain rapport sur l'inflation en février.

"Le message qui ressort de tout cela est qu'un QE supplémentaire sera nécessaire à un certain stade", commente Philip Shaw, économiste chez Investec.

La BoE estime que l'économie repartira d'ici deux ans, la croissance étant anticipée à 3,1% à la fin 2013.

Sven Egenter et Fiona Shaikh, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant