La Banque d'Angleterre maintient son taux directeur

le
0
STATU QUO DE LA BANQUE D'ANGLETERRE SUR SON TAUX DIRECTEUR
STATU QUO DE LA BANQUE D'ANGLETERRE SUR SON TAUX DIRECTEUR

LONDRES (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé jeudi le maintien de son taux directeur à 0,5%, son plus bas niveau historique, et décidé de ne pas relancer ses injections de liquidité sur les marchés, un statu quo qui était attendu.

La BoE a racheté pour 375 milliards de livres (441 milliards d'euros) d'actifs sur les marchés entre mars 2009 et octobre 2012, l'équivalent de 26% du produit intérieur brut (PIB) britannique, une proportion bien supérieure aux rachats effectués par la Réserve fédérale américaine.

Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a annoncé en mars une inflexion des attributions de la Banque d'Angleterre (BoE) pour y inclure la possibilité du recours à des mesures non-conventionnelles de soutien à la croissance.

Lors de la présentation de son projet de budget au Parlement, George Osborne a confirmé "la primauté de la stabilité des prix et de l'objectif d'inflation dans le cadre de la politique monétaire de la Grande-Bretagne."

Quelques économistes seulement prévoyaient que la BoE annonce ce jeudi une augmentation de son programme d'assouplissement.

L'inflation est restée supérieure à l'objectif de 2% depuis le début de la crise financière, en raison notamment de mesures exceptionnelles, telles que la hausse de la TVA, mais la BoE cherche à éviter une hausse du chômage qui pourrait se produire si elle durcissait prématurément sa politique monétaire.

En février, la hausse des prix a atteint 2,8%. Selon les estimations de la BoE, elle ne devrait pas revenir sous 2% avant début 2016.

L'économie britannique est confrontée à une stagnation qui dure depuis deux ans. Après une contraction de 0,3% au cours du dernier trimestre 2012 elle risque de renouer avec la récession pour la troisième fois en moins de cinq ans.

Cette perspective s'est toutefois atténuée avec la publication jeudi de l'indice PMI dans le secteur services, qui a montré une croissance meilleure que prévu et qui laisse entrevoir un léger sursaut de l'économie au cours des trois premiers mois de cette année.

David Milliken, Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux