La banque d'affaires pèse sur les résultats de Credit Suisse

le
0
CREDIT SUISSE RELÈVE SES OBJECTIFS DE RÉDUCTIONS DE COÛTS
CREDIT SUISSE RELÈVE SES OBJECTIFS DE RÉDUCTIONS DE COÛTS

par Katharina Bart

ZURICH (Reuters) - Credit Suisse a annoncé jeudi un relèvement de ses objectifs de réduction de coûts, après avoir publié un bénéfice inférieur aux attentes au titre du quatrième trimestre lié à des performances décevantes dans sa banque d'investissement.

La banque zurichoise, qui place la banque d'affaires au coeur de sa stratégie, a annoncé qu'elle diminuerait ses coûts de 4,4 milliards de francs suisses (3,57 milliards d'euros) d'ici fin 2015, au lieu des 4,0 milliards de francs annoncés précédemment.

Son bénéfice net est ressorti à 397 millions de francs au quatrième trimestre, alors que les analystes interrogés par Reuters attendaient 645 millions de francs en moyenne.

Dans la banque d'investissement, le bénéfice avant impôts a chuté de 38%, avec une activité faible, à la fois dans les branches obligataires et actions, précise la banque, qui a passé aussi une charge de 304 millions de francs sur sa propre dette.

"Pour 2013, les revenus s'inscrivent dans la lignée des bons démarrages que nous avons constatés les années précédentes, la rentabilité continuant en outre de profiter des mesures stratégiques que nous avons prises en 2012, dont notamment le renforcement de notre capitalisation et l'importante réduction des risques et de notre base de coûts", a déclaré son directeur général Brady Dougan.

Contrairement à son concurrent suisse UBS, qui réduit son activité de banque d'investissement, Credit suisse met l'accent sur cette activité, tout en s'adaptant aux nouvelles règles plus strictes en matière de fonds propres.

Jusqu'ici, cette stratégie semble avoir été bien accueillie, avec une hausse de 23% de l'action depuis fin décembre.

Jeudi matin, le titre Credit suisse gagne 2,15% en Bourse de Zurich, alors que l'indice des bancaires en Europe progresse de 0,75%, après avoir pris 11% depuis fin décembre.

LIBOR: PAS D'IMPACT MATÉRIEL

La banque, qui réduit ses activité à risque comme les autres banques pour s'adapter aux nouvelles normes prudentielles, annonce avoir réduit ses actifs pondérés en fonction du risque de 99 milliards de francs, à 924 milliards, un niveau proche de son objectif fixé à moins de 900 milliards de francs.

La banque, discrète jusqu'ici sur le nombre d'emplois qu'elle compte supprimer pour atteindre ses objectifs de baisse des coûts, a annoncé compter 47.400 personne dans ses effectifs fin décembre, soit 1.000 de moins qu'au troisième trimestre.

Parallèlement, le chiffre d'affaires et le bénéfice ont progressé dans la banque privée sur l'ensemble de l'exercice 2012, malgré les retraits de clients d'Europe de l'Ouest liés aux contrôles fiscaux sur les comptes secrets à l'étranger.

Credit suisse a indique par ailleurs ne pas s'attendre à ce que le scandale de la manipulation du Libor ait un quelconque impact matériel sur ses comptes.

Mercredi, Royal Bank of Scotland a accepté de verser aux autorités américaines et britanniques des pénalités de 615 millions de dollars (455 millions d'euros) pour son rôle dans le scandale de manipulation du Libor.

La banque versera un dividende annuel de 0,75 franc par action. Sur ce dividende, un versement de 0,10 franc sera effectué en numéraire et le restant sera payé en actions.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant