La balade irlandaise

le
0
La balade irlandaise
La balade irlandaise

Le XV de France a pris l'eau face à l'Irlande, ce dimanche à Cardiff. Dans le coup pendant une mi-temps, les Bleus ont craqué au retour des vestiaires face à un adversaire pourtant privé de trois joueurs sortis sur blessure (9-24). Les Blacks attendent la France en quart...

Le debrief

Un match pour la suprématie du groupe D et pour éviter les All Blacks en quart de finale. 80 000 spectateurs chauffés à blanc. Deux équipes encore invaincues. Du combat, des relances, du rythme, du suspense. Ce France-Irlande a réuni tous les ingrédients d’un grand match de rugby. Mais après 40 minutes disputées où les deux équipes se sont quittées avec trois points d’écart, l’Irlande a fini par prendre le dessus en deuxième période après avoir dominé tous les secteurs de jeu. De la possession du terrain (72% contre 28%), à la possession du ballon (69% contre 31%) en passant par le nombre de mètres gagnés par l’ensemble de ses joueurs (436 contre 250), le XV du Trèfle a justifié son statut de meilleure nation européenne.

Il y a quand même des motifs d’espoir pour les Bleus. Notamment en première période, ils n’ont pas à rougir de leur performance. Agressifs en défense, ils ont montré qu’ils ne manquaient pas de coeur. Malheureusement, cela ne suffit pas toujours. Sexton et Madigan face aux perches puis Kearney et Murray l’ont montré et ont fait plier la France. A une semaine du quart de finale face à la Nouvelle-Zélande, le staff tricolore a aussi des pistes de travail notamment sur certaines erreurs de jugement et de fautes de mains sans lesquelles les Bleus auraient pu marquer. En poste depuis 2011, Philippe Saint-André n’aura donc jamais battu les Irlandais. Le sélectionneur français voulait rester invaincu dans la compétition. La France a fini par chuter. Pas le temps des regrets, un gros morceau arrive : les All Blacks. Et si c’était l’adversaire parfait pour la France ? Elle qui a toujours su se dépasser lorsqu'elle est dans une position d'outsider.

Le joueur qui a crevé l’écran

Sean O’Brien. C’est un troisième ligne de l’ombre qui pour une fois est dans la lumière. Avec 17 ballons portés, 3 turnovers gagnés dans le match et 45 mètres parcourus ballon en main, O’Brien termine logiquement homme du match. Dès les premières secondes, O'Brien s'st illustré en agressant Pascal Papé. Un match taille patron offensivement, mais aussi défensivement. Pendant tout le match, il a su, par son activité dans les rucks, faire déjouer les sorties de balle françaises.

Le tweet qui nous a fait rigoler

La phrase à chaud à retenir

« On n'est pas éliminé. Il faut se remobiliser pour faire un grand match la semaine prochaine » (Philippe Saint-André – Sélectionneur de la France, au micro de TF1)

La stat dont on se souviendra

181. Comme le nombre de plaquages tentés par la France. C’est près du double de l’Irlande (97), preuve de la performance défensive des Bleus mais aussi de la domination irlandaise...

Les joueurs à la loupe

France
En première période, les deux pénalités longue distance de SPEDDING ont permis à la France de rester dans le match. Seul arrière véritablement dans le coup dans ce match. Loué pour ses qualités de premier attaquant, BASTAREAUD a été maitrisé par la défense irlandaise. D'autre part, MICHALAK perd son duel face à Kearney sur le premier essai irlandais. Il a même failli sortir sur blessure, visiblement touché à l’épaule. Chez les avants, plusieurs satisfactions comme PICAMOLES (20), DUSAUTOIR (18) et MAESTRI (18) qui terminent meilleurs plaqueurs du match. Bon match aussi de BEN AROUS et SLIMANI pas avares d’efforts dans le combat. La déception concerne GUIRADO qui n’a pas été bon sur ses lancers en touche. Enfin, le coaching de PSA n’a pas été gagnant. Les rentrées de TALES et surtout de PARRA n’ont rien apporté. Tout comme celle de DEBATY, rapidement sorti sur saignement puis sanctionné pour deux fautes en mêlée.

Irlande
Si les arrières français ont fait un match moyen, c’est l’inverse pour les 3/4 irlandais. L’arrière KEARNEY a parachevé la domination de son équipe en inscrivant le premier essai du match, son troisième de la compétition. Le deuxième essai a été inscrit par MURRAY en filou au pied des poteaux français. Au poste de premier centre, HENSHAW a plusieurs fois percé le rideau défensif français. Quant à EARLS, il aura sans doute des regrets. En première période, il laisse échapper un ballon alors qu’il était seul pour aller à l’essai. Ce match a tout de même laissé des traces puisque le XV du Trèfle s’en sort avec trois blessés. SEXTON a été remplacé dès la 26eme minute de jeu tandis que O’CONNELL et O’MAHONY sont sortis sur civière. Leurs remplaçants n’ont pas déçu, à l’image de MADIGAN très bon dans son jeu au pied ou HENDERSON, très actif.

La feuille de match

CM2015 (Groupe D) / FRANCE – IRLANDE : 9-24

Millenium Stadium (72 163 spectateurs)
Temps froid - Pelouse correcte
Arbitre : M. Owens (GAL)

Essais : Kearney (50eme) et Murray (72eme) pour l’Irlande

Transformations : Madigan (73eme) pour l’Irlande

Pénalités : Spedding (16eme, 23eme) et Parra (64eme) pour la France – Sexton (13eme, 19eme) et Madigan (29eme, 77eme) pour l’Irlande

Drops : Aucun

Cartons jaunes : Aucun

Cartons rouges : Aucun

France
Spedding – Nakaitaci, Bastareaud, Fofana, Dulin – Michalak, Tillous-Borde – Picamoles, Chouly, Dusautoir (cap) – Maestri, Papé – Slimani, Guirado, Ben Arous

Sélectionneur : P. Saint-André

Irlande
Kearney – Bowe, Earls, Henshaw, Kearney – Sexton, Murray – Heaslip, O’Brien, O’Mahony – O’Connell (cap), Toner – Ross, Best, Healy

Sélectionneur : J. Schmidt

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant