La baisse se poursuit à Paris

le
0
DR
DR
Les investisseurs ont été refroidis aujourd'hui par la croissance chinoise moins solide que prévu sur le premier trimestre, et quelques statistiques décevantes aux Etats-Unis, alors que les prochaines semaines s'annoncent riches en publications trimestrielles des deux côtés de l'Atlantique. Wall Street s'affiche également en territoire négatif actuellement, malgré les résultats rassurants de Citigroup, et quelques belles opérations de fusions et acquisitions... Par ailleurs, l'Or affiche une très forte baisse en ce début de semaine sur le Comex et retrouve brutalement ses niveaux de début 2011 !

ECO/DEVISES

La croissance chinoise a encore ralenti au premier trimestre 2013. Le PIB du pays s'est apprécié de 7,7% en début d'année, alors que les économistes anticipaient en moyenne 8% de progression. Au cours du 4ème trimestre 2012, la croissance avait atteint 7,9%. C'est essentiellement la production industrielle qui est ressortie moins dynamique que ne le prévoyaient les spécialistes, ce qui n'est guère rassurant à l'heure où le marché espérait une légère accélération dans la reprise chinoise.

L'indice d'activité manufacturière régionale dit "Empire State" de la Fed de New York pour le mois d'avril 2013 est ressorti à 3,1, contre un consensus de place proche quant à lui de 7 et un niveau de 9,2 sur le mois antérieur. L'indice reste positif, mais traduit donc un ralentissement de l'expansion de l'activité manufacturière de la région en avril.

L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois d'avril 2013 est ressorti à seulement 42, contre un consensus de place logé à 45 et un niveau de 44 pour le mois antérieur. Il s'agit donc d'une baisse inattendue de l'indicateur, qui revient au plus bas niveau depuis octobre.

L'once d'or poursuit sa descente aux enfers à New York puisque le métal précieux s'effondre actuellement de plus de 9% dans les échanges électroniques sur le Comex, à 1.366$, au plus bas depuis février 2011 ! Il s'agit du plus fort repli quotidien jamais enregistré par le métal jaune (en nominal). Rappelons que l'or avait déjà reculé de 6,2% la semaine passée, signant sa plus forte baisse depuis décembre 2011. Outre les inquiétudes liées à un éventuel durcissement des politiques ultra-accommodantes des grandes banques centrales, Fed en tête, l'or est également victime des craintes de ventes massives de la part de pays en grande difficulté financière. Nicosie a ainsi évoqué cette possibilité la semaine dernière. Si Chypre ne possède que 13,9 tonnes d'or, les investisseurs redoutent un effet de contagion. Le Portugal ou l'Espagne pourraient par exemple céder une partie de leurs réserves afin de renflouer leurs caisses. Enfin, et preuve que les investisseurs délaissent actuellement le métal, l'ETF basé sur l'or le plus important au monde, le SPDR Gold Trust, a vu ses avoirs plonger de 25 tonnes la semaine passée à 1.181,42 tonnes, soit au plus bas depuis mai 2010. "On ne peut pas se mettre en travers de la voie face à un train à vapeur: le marché doit aller jusqu'au bout de sa course", explique à Reuters Max Schubert, responsable des matières premières d'Emirates NBD Bank à Dubaï. De son côté, Ole Hansen, gérant senior de Saxo Bank, évoque une accélération des liquidations de positions longues (les prises de positions qui misent sur une hausse des cours) de la part des investisseurs dans les ETF (exchange-traded funds) et des ventes à découvert de fonds spéculatifs.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,3087$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 88,4$ et le Brent s'affiche à 100,4$.

VALEURS EN HAUSSE

* Sanofi affiche une progression de 3%, alimentée par Morgan Stanley, qui a revalorisé le dossier de 80,50 à 100 euros ce matin. La recommandation reste à "surpondérer" alors que le courtier affiche désormais l'objectif le plus élevé parmi ses pairs sur ce dossier.

* Gemalto gagne 1% et repasse la barre des 67 Euros.

* Nexans progresse aussi de 1%. La publication des comptes trimestriels est prévue le 25 avril.

* Saint-Gobain gagne 0,9% après le relèvement de la recommandation de BofA ML, de "sous-performance" à "achat".

* LVMH gagne 0,3%. LVMH publiera demain matin, avant l'ouverture du marché parisien, son chiffre d'affaires du 1er trimestre 2013.

VALEURS EN BAISSE

* Publicis chute de 5,2%. Le revenu consolidé de Publicis pour le premier trimestre 2013 est de 1.563 millions d'euros, comparé à 1.452 millions en 2012, soit une hausse de +7,6%. Les effets de change ont un impact négatif de 19 millions d'euros (soit 1,2% du revenu). La croissance organique de 1,3%, reflète à la fois une base de comparaison défavorable (+4,1% au 1er trimestre 2012) et la forte dégradation de l'Europe (-6,5% contre +3,6% en 2012). En revanche elle demeure soutenue en Amérique du Nord (+4,4%) et sur l'ensemble BRIC+MISSAT (+5,5%). L'activité numérique se distingue par une forte hausse (+8,5%).

* Vallourec cède encore 4,6% et enregistre ainsi une troisième séance consécutive de baisse.

* Renault perd encore 4,3% après avoir déjà redonné 2% vendredi.

* Accor chute de 4,2%. Le Crédit Suisse a dégradé la valeur de "neutre" à "sous-performance". L'objectif de cours est également réduit de 28,6 à 26,90 Euros.

* ArcelorMittal recule de 3,6% et aligne une troisième séance de correction.

* Technip perd 3%. La moisson de contrats se poursuit pour le groupe, choisi par Bahrain Petroleum Company (BAPCO) pour un projet à prix forfaitaire pour l'ingénierie, la fourniture des équipements, la construction et l'assistance à la mise en service après modification de l'unité de récupération du soufre no3 de la raffinerie de Bahreïn. Le centre opérationnel de la société d'ingénierie française à Abu Dhabi réalisera le projet qui devrait s'achever au second semestre 2014. La taille du contrat n'a pas été communiquée.

* Peugeot perd 2%. La commercialisation de la Peugeot 208 vient de débuter au Brésil depuis le 13 avril, un an après son lancement en Europe où elle a déjà été produite à plus de 300.000 exemplaires dans les centres de Poissy (France) et Trnava (Slovaquie).

* Les bancaires sont dans le rouge : Société Générale perd 1,1% avec Crédit Agricole (-1,8%) et BNP Paribas (-1%).

* Lagardère cède 0,6%. La sortie de Lagardère du capital d'EADS (-0,4%) aura rapporté 1,8 milliard d'euros nets d'impôts et de frais de transaction. Le groupe de médias a fait placer la semaine dernière 7,35% du capital de l'industriel pour 2,283 milliards d'euros bruts. Lagardère précise que, conformément à ses intentions, ses salariés recevront une prime exceptionnelle, la dette sera réduite et un dividende exceptionnel est en vue. Concernant ce coupon, son montant sera déterminé dans les prochaines semaines et devrait donc être annoncé avant l'assemblée générale du 3 mai 2013. Il prendra la forme d'un acompte sur le dividende de l'exercice 2013, et sera pris en compte dans le projet d'affectation du résultat de l'exercice 2013 qui sera soumis à l'approbation de l'assemblée générale ordinaire annuelle, qui sera réunie en mai 2014. Le groupe Lagardère a toujours l'intention poursuivre sa croissance dans les activités en développement, notamment dans la distribution liée au tourisme, le numérique et la gestion de droits. En conséquence, des "acquisitions ciblées" pourraient intervenir dans ces domaines, si des opportunités se présentent.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant