La baisse du yen inquiète Pékin et Séoul

le
0
INQUIÉTUDE DE PÉKIN ET DE SÉOUL SUR LA BAISSE DU YEN
INQUIÉTUDE DE PÉKIN ET DE SÉOUL SUR LA BAISSE DU YEN

SEOUL (Reuters) - L'inquiétude est de plus en plus palpable à Pékin et à Séoul où l'on craint que la baisse du yen, favorable aux groupes exportateurs japonais, ait des conséquences sur les économies chinoises et sud-coréennes.

Alimentée par la politique interventionniste japonaise, qui vise à sortir l'archipel nippon de l'enlisement économique, la baisse du yen est désormais publiquement évoquée par les responsables chinois et sud-coréen soucieux de voir leurs produits désavantagés sur les marchés mondiaux.

S'ils ont jusqu'à présent évité de prendre des mesures directes pour maintenir leur compétitivité, notamment par des rachats massifs de dollars, Chinois et Sud-coréens pourraient se décider à intervenir si leurs exportations venaient à plonger.

"Le Japon va chercher à maintenir sa croissance en dopant ses exportations grâce à la dépréciation du yen", a souligné Xu Shoashi, président de la Commission du Développement national et de la Réforme lors d'une réunion avec le ministre sud-coréen des Finances.

"C'est une politique qui pénalisera la Corée du Sud et la Chine et qu'il faut dès lors surveiller de près", a-t-il poursuivi.

Le yen est tombé lundi à un plus bas de cinq ans contre le dollar et il affiche une baisse de plus d'un quart de sa valeur au cours des 15 derniers mois.

Au contraire, le yuan et le won ont progressé cette année contre le billet vert.

La baise du yen est de surcroît alimentée par des opérations dites de "carry trade" encouragées par la faiblesse des taux japonais qui incite de nombreux investisseurs à emprunter en yen avant d'investir sur les marchés étrangers.

Choonsik Yoo, Nicolas Delame pour le service français, édité par Matthieu Protard

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant