La baisse du ratio de dette de la France repoussée d'un an

le
5
LE DÉFICIT DU BUDGET DE L?ÉTAT
LE DÉFICIT DU BUDGET DE L?ÉTAT

PARIS (Reuters) - Le projet de budget rectificatif présenté mercredi prévoit que le déficit de l'Etat français atteindra 84,9 milliards d'euros fin 2012 et que le ratio de dette publique baissera en 2014, avec un an de retard par rapport à l'objectif précédent.

Hors participation de la France au Mécanisme européen de stabilité, qui doit soutenir les Etats de la zone euro en difficulté (6,5 milliards d'euros), le déficit serait de 78,4 milliards cette année.

La trajectoire actualisée prévoit une dette publique à 89,1% du PIB fin 2012, 89,3% en 2013, 88,3% en 2014, 86,2% en 2015 et 83,0% en 2016.

Les engagements français de réduction du déficit public sont confirmés, à 4,5% du PIB fin 2012 et 3% en 2013. Le gouvernement prévoit ensuite de le réduire d'un point par an pour atteindre l'équilibre en 2016 pour la première fois depuis 1974.

Le déficit public (qui comprend le déficit de l'Etat, les comptes sociaux et ceux des collectivités locales) à fin 2011 devrait être inférieur à l'objectif de 5,7%, selon le gouvernement.

Favori des sondages, le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, s'est lui aussi engagé à ramener le déficit à 3% fin 2013. Il vise l'équilibre en 2017.

LE PLUS DUR RESTE À FAIRE

La Cour des comptes, qui certifie les comptes publics, a estimé qu'à peine 10% de l'effort total qui doit permettre de ramener à zéro le déficit structurel de la France avait été réalisé l'an dernier, dans son rapport annuel publié mercredi.

Son premier président, Didier Migaud, a souhaité que les moyens conditionnant l'atteinte des objectifs de réduction du déficit public soient précisés.

Il a par ailleurs invité les autorités à réduire de 15 milliards d'euros les niches fiscales, ces dérogations qui amputent les recettes publiques.

"Il faut que notre pays s'éloigne aussi rapidement que possible de la zone dangereuse dans laquelle il est entré en raison de son niveau d'endettement", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Pour le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le socialiste Jérôme Cahuzac, "le rapport confirme que la gestion des finances publiques par Nicolas Sarkozy ces cinq dernières années fut imprévoyante et dangereuse".

"Imprévoyante car nous atteignons un endettement qui est extrêmement préoccupant et dangereuse pour le pays car, à ce niveau d'endettement, c'est notre souveraineté nationale qui est cause."

Selon la ministre du Budget, Valérie Pécresse, au contraire,

"nous n'avons jamais été aussi crédibles pour tenir nos engagements de déficit à 4,5% du PIB".

"Nous avons eu une très bonne gestion 2011, exceptionnelle, qui nous a permis de prendre de l'élan et d'être en avance pour 2012 ce qui nous rend sereins", a-t-elle ajouté.

Le déficit budgétaire de l'Etat s'est établi l'an dernier à 90,8 milliards d'euros, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Budget.

Il est inférieur de plus de 4,5 milliards d'euros à la prévision budgétaire, ce qui devrait ramener le déficit public en deçà de l'objectif de 5,7% du PIB fin 2011.

Matthias Blamont et Jean-Baptiste Vey, avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le mercredi 8 fév 2012 à 18:40

    inadmissible que l' on repousse le moment de s'attaquer sérieusement aux entités publiques (5 fois trop de personnels à emploi à vie) et aux élus 2 fois trop nombreux. Les travailleurs vont finir par touver eux même des solutions pour réduire leurs impôts, mais pour la dette c'est entre les mains de l'état, des collectivités locales et des entreprises à caractère public !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • vince469 le mercredi 8 fév 2012 à 16:54

    ça y est, on n'y est même pas que déjà on repousse les dates. Et on peut les mettre tous à la même enseigne, tous préoccupés par leur propre intérêt, la France ils s'en contre-foutent. Ce monde pourri va bientôt s'écrouler, au moins on aura du spectacle et, qui sait, comme pour la course de toros, on pourrait bien voir du sang.

  • alf95 le mercredi 8 fév 2012 à 15:14

    A quoi bon ces engagements, flamby va de toute façon tout casser. On verra dans 5 ans ou on en sera, 100%, 120%, 200% du PIB?

  • zaizai le mercredi 8 fév 2012 à 09:52

    ON EN PLEURE

  • M3101717 le mercredi 8 fév 2012 à 09:39

    Formidable ! On s'extasie... Ou on en rigole ?!