La baisse du pétrole inquiète le Premier ministre irakien

le
0

PARIS, 3 décembre (Reuters) - La baisse des cours du pétrole grève les ressources de l'Irak, qui lutte actuellement contre les forces de l'Etat islamique (Daech) avec l'aide des Occidentaux, au risque de freiner la reconstruction, a déclaré mercredi le Premier ministre irakien. Alors que les prix du brut ont chuté d'environ 30% depuis juin, "la baisse du pétrole a des répercussions négatives sur notre budget", a dit Haïdar al Abadi lors d'une déclaration commune à l'Elysée avec François Hollande. Actuellement en tournée en Europe, le chef du gouvernement irakien s'est dit inquiet quant à la reconstruction de son pays, expliquant que "le terrorisme progresse sur la pauvreté, l'insatisfaction des gens" et évoquant les difficultés des autorités "pour satisfaire les besoins de la population dans le domaine des services". Haïdar al Abadi a néanmoins fait état de "très grands progrès sur le terrain". "Bagdad est sécurisée", a-t-il dit. "Nous sommes actuellement en train de faire mouvement pour libérer l'ensemble de notre territoire qui avait été occupé par Daech (...) Nous pensons que cette libération n'est pas lointaine." François Hollande a évoqué pour sa part des "succès militaires et politiques" contre l'Etat islamique. "Nous continuerons à soutenir militairement l'Irak, qui est victime d'une attaque terroriste de grande envergure", a-t-il dit. "Nous avons des avions qui sont maintenant en Jordanie. Nous sommes prêts à multiplier les actions, à les mener avec rapidité et efficacité dans le cadre de la coalition". Paris dispose de 15 appareils de combat ou de surveillance dans la région, dont six chasseurs Mirage basés en Jordanie. Quelque 700 militaires français sont engagés depuis le 19 septembre dans le cadre de l'opération "Chammal" en soutien aux forces irakiennes contre les djihadistes de l'EI qui ont pris le contrôle de vastes de pans de territoire en Irak et en Syrie. Paris écarte pour l'instant toute idée d'engagement au sol en Irak et de frappes aériennes en Syrie où agissent notamment les Etats-Unis contre l'Etat islamique. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant