La baisse du brut a raison de l'embellie des marchés

le
0

(AOF) - Le rebond des Bourses européennes a fait long feu. Après deux séances d'embellie, les principaux indices actions sont repartis à la baisse sous le poids de mauvaises nouvelles pour l'économie mondiale. Le CAC 40 a cédé 0,11% à 4 110,66 points tandis que l'Euro Stoxx 50 a perdu 0,44% à 2 821,26 points. Aux Etats-Unis en revanche, le Dow Jones progresse de 0,73%. Wall Street, qui était fermée lundi pour cause de jour férié aux Etats-Unis, a réagi avec un jour de retard au rebond observé la veille en Europe.

La séance avait pourtant bien débuté en Europe dans le sillage du pétrole. A l'ouverture des Bourses en effet, les barils de Brent et de WTI gagnaient plus de 4%, les marchés espérant un accord entre producteurs. Réunis à Doha, quatre des principaux pays producteurs, la Russie, l'Arabie saoudite, le Qatar et le Venezuela se sont finalement accordés pour geler leur production de brut mais à condition d'être suivis par d'autres grands exportateurs. Or ce scénario paraît peu probable car l'Iran entend au contraire augmenter sa production. Résultat, les cours du brut sont repartis à la baisse, le WTI cédant 1,4% à 29,03 dollars et le Brent, 1,77% à 32,80 euros en milieu d'après-midi.

A cette déception sur le front pétrolier s'est ajoutée la forte dégradation du moral des investisseurs allemands en février, selon les résultats de l'enquête mensuelle de l'institut ZEW, dont l'indice s'est établi à 1, contre 10,2 le mois dernier.

Au chapitre des valeurs, les investisseurs ont réagi à la publication de nombreux résultats d'entreprises du CAC 40. En hausse de 3,35%, Michelin a terminé en tête de l'indice parisien suite à la publication de comptes 2015 solides et de perspectives 2016 encourageantes.

A contrario, Air Liquide (-4,84%) a accusé la plus forte baisse de l'indice malgré des résultats annuels de bonne facture et des commentaires positifs de brokers. Le titre a été pénalisé par l'absence d'actions gratuites en vue de l'augmentation de capital qui financera le rachat de l'américain Airgas.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant