La baisse des taux n'augure rien de bon pour l'économie chinoise

le
0
La baisse des taux n'augure rien de bon pour l'économie chinoise
La baisse des taux n'augure rien de bon pour l'économie chinoise

par Nick Edwards

PEKIN (Reuters) - Le soulagement perceptible sur l'ensemble des marchés mondiaux après la décision de la Chine d'abaisser ses taux d'intérêt s'est vite estompé, les investisseurs et les économistes redoutant que ce geste anticipe la publication de mauvaises statistiques macroéconomiques.

L'annonce surprise de la banque centrale chinoise (PBOC) de baisser ses taux a dopé les espoirs qu'un crédit bon marché puisse soutenir la croissance économique du pays, qui montre des ralentissements. Elle a également encouragé les marchés d'action mondiaux à espérer de nouvelles mesures de soutien de la part des grandes banques centrales.

Mais le geste de la Chine sur ces taux, le premier depuis fin 2008 et la crise financière mondiale, a également soulevé des craintes sur la teneur des indicateurs chinois pour le mois de mai et dont la publication est attendue pour ce week-end.

Une enquête de Reuters publiée en début de semaine suggérait que la deuxième économie mondiale montrerait probablement des signes de stabilisation au mois de mai après des indicateurs inférieurs aux attentes en avril. Désormais, certains économistes disent craindre que ces prévisions ne soient erronées.

"L'inquiétude porte sur le fait que les indicateurs sur la production industrielle et les prix à la consommation attendus ce week-end soient le signal de nouvelles statistiques décevantes à venir", a commenté Adrian Schmidt, stratège sur les changes pour la banque Lloyds.

Selon une enquête publiée en mai par Reuters, les analystes interrogés s'attendaient à ce que la Chine enregistre son plus faible trimestre de croissance entre avril et juin en trois ans, avec une progression du produit intérieur brut (PIB) de 7,9%. Cela marquerait aussi le sixième trimestre d'affilée de recul de l'activité.

Les analystes tablaient également sur une croissance annuelle chinoise de 8,2%, un taux qui contenterait largement les économies occidentales mais qui ressort néanmoins comme le plus faible pour la Chine depuis 1999.

La PBOC a abaissé jeudi de 25 points de base le taux des dépôts pour le ramener à 3,25%, son taux de crédit a également été réduit de 25 points de base pour s'inscrire à 6,31%.

La baisse des coûts d'emprunt devrait aider à soutenir l'économie à court terme. La banque centrale a également donné aux banques plus de flexibilité pour mettre en concurrence les prêts et les taux de dépôts dans un geste vers plus de libéralisation financière.

La PBOC enfin annoncé qu'elle autorisait les banques à fixer à partir du 8 juin leurs taux d'intérêt sur les dépôts jusqu'à 110% du taux directeur, et à proposer de nouveaux prêts à 80% du taux officiel, contre 90% actuellement.

Les banques commerciales n'étaient jusqu'à présent pas autorisées à appliquer un taux de dépôts supérieur au taux directeur fixé par la banque centrale.

Selon le consensus Reuters établi en début de semaine, les chiffres des investissements en capital fixe et de la production industrielle en mai - deux indicateurs clés en Chine de l'activité et des créations d'emploi- devraient montrer des signes de stabilisation.

La production industrielle devrait augmenter de 9,9% en mai sur un an, après un plus bas près de trois ans atteint en avril (+9,3%) selon le consensus Reuters.

La croissance des investissements sur les cinq premiers mois de l'année par rapport aux cinq premiers mois de 2011 est attendue à 20%, contre une croissance de 20,2% enregistrée sur les quatre premiers mois de 2012.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant