La baisse des marchés financiers chinois se poursuit

le
0
LA BAISSE DES MARCHÉS FINANCIERS CHINOIS SE POURSUIT
LA BAISSE DES MARCHÉS FINANCIERS CHINOIS SE POURSUIT

SHANGHAI/PEKIN (Reuters) - Les marchés boursiers chinois ont amplifié leur recul mercredi, les investisseurs craignant l'échec des mesures prises ces dernières semaines par les autorités pour soutenir les cours sur fond de dégradation de la conjoncture économique.

Les Bourses de Shanghaï et Shenzhen ont perdu jusqu'à près de 3% en séance, portant à plus de 8% leur baisse depuis la clôture de lundi, en dépit des efforts déployés par Pékin à l'adresse des courtiers, des gérants de fonds d'investissement et des organes de régulation financière pour tenter de stabiliser les cours.

Le mouvement de vente massif a repris mardi, la Bourse de Shanghaï cédant plus de 6% en raison des spéculations sur la volonté de la banque centrale d'accroître ses injections de liquidités dans le système financier pour tenter de soutenir l'activité économique.

Mercredi, le ministère du Commerce a apporté un nouveau motif d'inquiétude aux investisseurs en déclarant que les exportations pourraient continuer de baisser au cours des prochains mois après leur chute de 8,3% en juillet, la plus prononcée en quatre mois.

Les investisseurs chinois et étrangers craignent de plus en plus un atterrissage brutal de l'économie chinoise qui viendrait démentir le scénario de stabilisation graduelle privilégié il y a encore quelques mois.

Cette inquiétude est amplifiée par la perspective d'un relèvement prochain des taux d'intérêt américains, qui pourrait favoriser les sorties de capitaux de marchés émergents, comme la Chine.

"Nous conseillons de s'attacher avant une zone de turbulences", résume Tim Condon, responsable de la recherche Asie chez ING à Singapour.

L'économie chinoise est déjà menacée de déflation et Pékin peine à relancer l'investissement non financier. Pour de nombreux économistes, l'objectif officiel d'une croissance de 7% du produit intérieur brut (PIB) cette année est déjà compromis et certains prédisent même que le chiffre réel pourrait être deux fois inférieur.

COMMENT ENRAYER LA BAISSE

Sur les sept premiers mois de l'année, le commerce extérieur, exportations et importations confondues, a reculé de 7,2% par rapport à l'an dernier, alors que les autorités visent une hausse de 6% pour la totalité de 2015.

"La possibilité que les exportations enregistrent certains mois une baisse en rythme annuel ne peut pas être exclue. Mais nous prévoyons toujours une croissance des exportations sur l'ensemble de l'année", a déclaré un porte-parole du ministère du Commerce lors d'un point de presse.

"Sur l'ensemble de l'année, le commerce extérieur sera confronté à une situation plus difficile que nous ne le pensions", a-t-il toutefois reconnu.

Le mois dernier, le ministère disait encore s'attendre à une amélioration des exportations au second semestre par rapport au premier.

Mercredi, le mouvement de vente à Shanghaï et Shenzhen touchait l'ensemble des secteurs, y compris les entreprises dont est actionnaire la China Securities Finances Corp (CSFC), l'organe public de prêt sur marge chargé d'acheter des actions pour soutenir la tendance.

Un indice regroupant les valeurs du portefeuille de la CSFC cédait plus de 4% en séance, illustrant les doutes du marché quant à la capacité des autorités à orienter la tendance.

"L'Etat n'a pas suffisamment d'argent, ou de volonté, pour acheter des actions en ce moment", estime Samuel Shen, associé du gestionnaire de fonds Shanghai Boom Trend Investment Management.

Sur le marché des changes, le yuan était lui aussi orienté à la baisse, sous le cours de référence fixé par la banque centrale.

(Samuel Shen et Kevin Yao, avec Xiaoyi Shao à Pékin et Kazunori Takada à Shanghaï, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant