La baisse des dépenses implique des réformes, dit Parisot

le
0
LAURENCE PARISOT PRÔNE L'ORGANISATION D'UNE GRANDE CONFÉRENCE SUR LA BAISSE DES DÉPENSES
LAURENCE PARISOT PRÔNE L'ORGANISATION D'UNE GRANDE CONFÉRENCE SUR LA BAISSE DES DÉPENSES

PARIS (Reuters) - La réduction des dépenses publiques passera nécessairement par des réformes structurelles, a estimé mardi la présidente du Medef Laurence Parisot, qui prône l'organisation d'une grande conférence sur le "problème numéro 1" de la France.

Le gouvernement français a dévoilé mardi un programme d'évaluation des dépenses de l'Etat, des collectivités locales et la sécurité sociale, avec en toile de fond la nécessité de dégager les économies nécessaires à la baisse des déficits publics promise sur le quinquennat.

Laurence Parisot appelle particulièrement de ses voeux une réforme de l'assurance maladie et des régimes de retraites.

"Bien sûr, il y a un travail permanent à faire pour optimiser, pour mieux gérer, pour réduire le nombre d'instances ou d'agences, pour limiter les gabegies, pour supprimer des doublons, oui tout ceci doit être fait", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse au siège du Medef.

"Mais la vérité, qui doit être dite aux Français, et qui n'est pas dite aujourd'hui, c'est que le travail de réduction des dépenses publiques ne peut passer que par des réformes structurelles", a-t-elle ajouté.

Qualifiant les dépenses publiques de "problème numéro 1", elle suggère l'organisation d'une grande conférence sur les dépenses publiques, sur le modèle de celles sur la transition énergétique ou la pauvreté.

La présidente du Medef insiste sur la nécessité, à ses yeux, d'une réforme des régimes de retraite.

Malgré la réforme de 2010, le déficit des régimes de retraite devrait atteindre 18,8 milliards d'euros en 2017, contre 14 milliards en 2011, estime le Conseil d'orientation des retraites (Cor), selon les premiers extraits de ses prévisions qui doivent être publiées mercredi.

La précédente majorité avait décidé en 2010 de relever progressivement l'âge minimum légal à 62 ans pour effacer le déficit des régimes de retraite à l'horizon 2018.

La présidente du Medef plaide pour un nouvel allongement de l'âge de départ à la retraite à 63 ans et l'augmentation de la durée de cotisations à au moins 43 annuités. Elle s'oppose en revanche à une hausse des cotisations, des entreprises comme des salariés.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant