La bague des Spurs, la vague de Payet

le
0
La bague des Spurs, la vague de Payet
La bague des Spurs, la vague de Payet

Tottenham qui met une première baffe à Guardiola, Arsenal qui s'en sort sans trop savoir comment, Manchester United qui bute comme rarement et Liverpool qui enfonce le Swansea de Guidolin. La septième journée de Premier League a prouvé que, pour le moment, seuls Klopp, Guardiola et Pochettino se battront pour la couronne finale. Alors que Payet danse, comme Bournemouth, Watford et Benteke.

L'équipe de la journée : Tottenham


La moue est significative. Cette fois encore, quelques jours après un nul difficile à Glasgow, Pep Guardiola sait qu'il n'a pas tout contrôlé. Cette idée l'a toujours insupporté et pourtant. Pourtant, le voilà battu pour la première fois depuis le début de son mandat à City, alors il préfère s'incliner avec respect: "Ils ont été meilleurs donc félicitations." Quelques mètres plus loin, alors que White Hart Lane commence à déverser ses 31 000 âmes, Mauricio Pochettino sait qu'il vient de toucher l'un de ses sommets sportifs : "Si vous jouez comme on l'a fait aujourd'hui, avec de la passion et de l'agressivité, vous aurez toujours une chance de gagner. C'est toujours une question de mentalité. Et là, je suis très heureux." L'Argentin est désormais seul à afficher une équipe invaincue après sept journées de championnat et Tottenham n'est plus qu'à un point de sa victime du jour. Mais comment est-ce possible? C'est tout simplement le résultat de deux saisons pleines à dessiner les contours d'une philosophie qui, dans la continuité de la saison dernière (3e), touche à ses plus beaux résultats entre un pressing haut, constant, agressif et intense et une folie offensive particulière mêlée à une solidité défensive extraordinaire (trois buts concédés depuis le début de saison en championnat). Tottenham ne gagnait pas sans Harry Kane, maintenant les Spurs arrivent à vivre en son absence grâce à un Dele Alli délicieux, un Victor Wanyama devenu poumon essentiel en l'espace de quelques semaines ou encore un Son Heung-min en chaleur. Pour la deuxième fois en l'espace d'une semaine, le City de Guardiola a patiné loin de Manchester, souffert défensivement à l'image du but incroyable de Kolarov contre son camp et balbutié devant. Et c'est Tottenham qui plastronne, malgré un penalty raté et un Agüero poison de tous les instants.

The perfect afternoon 👌 #COYS pic.twitter.com/bbrge0MzZj

— Jan Vertonghen (@JanVertonghen) [A…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant