La bactérie «tueuse d'oliviers» est arrivée en France

le
0
La bactérie «tueuse d'oliviers» est arrivée en France
La bactérie «tueuse d'oliviers» est arrivée en France

L'affaire est prise très au sérieux par le ministère de l'Agriculture. Ce dernier a annoncé ce mercredi que la bactérie «tueuse d'oliviers» Xyllela fastidiosa, dont le seul nom déclenche l'effroi depuis qu'elle attaque les arbres du sud de l'Italie, a été identifiée pour la première fois en France dans un plant de caféier intercepté au marché de Rungis. La date de saisie chez un des revendeurs du plus grand marché de gros européen n'a pas été précisée.

«Les caféiers ont été introduits dans l'Union européenne via les Pays-Bas» et proviendraient «d'Amérique Centrale», a toutefois précisé le ministère. Autrement dit, le même itinéraire que celui suivi par la bactérie qui décime depuis 2013 les oliveraies italienne des Pouilles. En effet selon l'Institut agronomique méditerranéen basé à Bari, la bactérie est arrivée dans le pays via des plants de caféiers ornementauxs en provenance du Costa Rica. Depuis, elle a attaqué des milliers d'oliviers dans le talon de la botte, l'une des premières régions productrices d'huile d'olive au monde, également riche en vignes et en fruits.

L'Europe tarde à agir

En Italie, des mesures drastiques ont été prises pour stopper l'invasion. Des milliers d'oliviers centenaires, l'emblème de Mare Nostrum depuis l'Antiquité, risquent d'être arrachés pour contenir fastidiosa. Aucun traitement ne permet d'éradiquer la bactérie transmise par un insecte volant.

«Une enquête est en cours pour déterminer leur origine exacte», a indiqué le ministère français qui attend d'en savoir plus pour déterminer s'il y a lieu de prendre des mesures sur d'autres végétaux sensibles qui auraient pu être exposées au risque de contamination. La France a déjà entamé une campagne de surveillance et de prévention renforcées au début du mois d'avril pour se protéger et interdit unilatéralement l'importation de végétaux en provenance des zones infestées.

Dans ce plan d'action, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant