La 5e avenue à New York, championne du monde des artères marchandes

le
0

EN IMAGES - «5th Avenue» conserve pour la troisième année consécutive sa place de rue commerçante la plus chère au monde. Elle devance Causeway Bay à Hong Kong et les Champs Élysées. Mais les loyers de la rue new-yorkaise ont fortement baissé.

La plus célèbre des rues marchandes de la planète, la «5th Av» à New York est et reste la plus chère de la planète, du moins sur sa partie haute, entre les 49ème et 60ème rues. La célèbre rue new-yorkaise a ravi la première place à sa rivale de Hong Kong en 2014, après deux ans de suprématie de l’artère asiatique, selon une étude du cabinet immobilier Cushman and Wakefield.

Les deux quartiers dominent largement leurs concurrents, avec des loyers moyens respectifs de 29.065 € le mètre carré pour New York et 27.884 € par mètre carré pour Hong Kong. Leurs valeurs locatives sont deux fois plus élevées que celles des autres rues principales partout ailleurs dans le monde. Les Champs Elysées maintiennent quant à eux leur troisième position malgré la baisse du nombre de touristes, mais toujours loin derrière, avec des loyers de l’ordre de 13.250 euros/m²/an. Ils auraient presque pu se voir rafler leur place sur le podium par la New Bond Street de Londres, tant les tarifs y ont augmenté (+14,3% par rapport à 2015).

Cette année, ce n’est qu’au niveau de la 5e place que le classement change un peu: la Ginza de Tokyo grimpe d’un coup de trois places, passant de la 8e à la 5e (12.100 euros). Pour le reste, la Via Montenapoleone de Milan arrive en 6e position avec 12.000 euros/m² et par an, Sydney et l’avenue Pitt Street Mall se positionne sur la 7e marche avec 9383 euros/m² et par an. Myeongdong à Séoul gagne une place pour atteindre la 8e position, et est la seule autre destination du top 10 à améliorer son classement cette année. Enfin, l’avenue zurichoise Bahnhofstrasse avec 8408 euros/m² et par an arrive en 9e position quand l’avenue Kohlmarkt à Vienne clôt ce classement avec 4620 euros/m² et par an.

Lire aussi: Les marques de luxe paient cher pour les meilleurs emplacements 

Les marques et distributeurs, poussés à fermer leurs magasins les moins rentables

Malgré leurs bonnes places, la 5e avenue et Causeway Bay enregistrent cette année un recul. Les grandes marques internationales rationalisant leurs parcs de magasins au profit de leurs sites de vente en ligne. La 5e avenue a ainsi vu le montant moyen de ses loyers commerciaux reculer de 14% par rapport à 2015. C’est la première fois depuis la fin de la crise financière que l’artère new-yorkaise enregistre une telle baisse, indique Cushman and Wakefield qui prédit que cela continuera en 2017. La raison: les marques et distributeurs cotés à Wall Street sont poussés par les marchés dans une course au profit, qui les incite à fermer leurs magasins les moins rentables. Cette tendance affecte la plupart des grandes artères commerçantes américaines. De plus, New York connaît une période de moindre demande des enseignes pour des points de vente de type «flagship», ces magasins phares aux surfaces et aux loyers les plus importants.

À Hong Kong, outre l’impact du ralentissement économique, c’est aussi la concurrence du commerce en ligne, particulièrement développé en Chine, qui entraîne les distributeurs et les marques à revoir à la baisse leurs stratégies d’implantation commerciale. Les loyers sur Causeway Bay reculent cette année de 15%, après une baisse de 12% en 2015. Néanmoins, l’étude montre que 36% des 462 rues analysées ont vu leurs loyers augmenter, un record par les temps qui courent où les enseignes sont davantage tournées vers leur stratégie de vente en ligne.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant