L1 - Toulouse / Pascal Dupraz : « J'aurais voulu être entraîné par un entraîneur comme moi »

le
0
L1 - Toulouse / Pascal Dupraz : « J'aurais voulu être entraîné par un entraîneur comme moi »
L1 - Toulouse / Pascal Dupraz : « J'aurais voulu être entraîné par un entraîneur comme moi »

Interrogé en conférence de presse, Pascal Dupraz, l'entraîneur de Toulouse, a fait le tour de l'actualité de son club avant l'affiche de mardi soir contre Lille (6eme journée de Ligue 1). Morceaux choisis.

Pascal Dupraz, comment abordez-vous le match de mardi soir contre Lille (6eme journée de Ligue 1) ? Dès le coup de sifflet final contre Guingamp (2-1), nous étions focalisés sur Lille. On va tout faire pour l'emporter mais ce sera délicat. En déplacement, nous sommes parfois un peu trop timorés. Il n'y a que les supporters locaux qui encouragent logiquement leur équipe. Même si on a aussi notre petit groupe d'irréductibles qui nous suit. Comment trouvez-vous votre groupe ? Il y a un groupe qui vit bien, je suis content du travail de mes garçons. C'est enivrant de coacher des jeunes en les voyant s'épanouir et progresser match après match. On n'a pas envie de revivre ce que l'on a vécu la saison passée. Avec le soutien de son public, l'équipe peut faire quelque chose. Il va se créer quelque chose. Il faut venir nous aider!

Dupraz : « Je ne suis pas dans le calcul »

N’avez-vous pas peur de passer parfois pour quelqu’un d’arrogant, de calculateur ? Dans ce pays, être ambitieux signifie avoir le cigare.... Comme s'il fallait être mièvre et courber l'échine ! On ne veut pas finir 17eme. En plus, je n'aime pas ce chiffre... Je ne suis pas dans le calcul, ce qui m'importe c'est que les gens autour de moi m'accordent des qualités. Je ne changerai pas ma manière d'être. J'aurais voulu être entraîné par un entraîneur comme moi. Par quelqu'un qui dit ce qu'il pense, par quelqu'un de vrai!

Dupraz : « J'ai de la chance de coacher le TFC »

Vous êtes tout de même omniprésent ? Un entraîneur qui montre l'exemple doit arriver avant et partir après ses joueurs pour que ces derniers appliquent eux aussi les règles... J'essaie de montrer l'exemple. Je veux aussi transmettre de la confiance à mes joueurs. Je veux les aimer... Ce n'est pas parce que l’on est directif que l’on ne les aime pas. J'ai de la chance de coacher le TFC. La presse est mon meilleur moyen de communication pour mes gars, je sais qu'ils écoutent et lisent donc je l'utilise ! Allez-vous procéder à un turnover mardi soir ? Aucun joueur ne peut me dire qu'il est cuit et ne peut pas faire les trois matchs. Je n'aime pas l'expression « faire tourner » ! Je mets toujours la meilleure équipe. Mais en fonction des états de forme et de la tactique de l'adversaire, la liste des joueurs évoluent. Je ne suis pas un serial killer, je n'élimine personne et je fais juste des choix. Ils savent qu'ils sont soumis à concurrenceLa meilleure façon de préparer le PSG est de ne pas en parler ou de le préparer. Tout le monde est concerné. Mes joueurs ont faim et ne pensent qu'à Lille. Et ce n'est pas parce que tu ne joues pas Lille que tu seras là face au PSG ou inversement. Les garçons doivent être concernés mais avant tout libérés à l'extérieur. A l'extérieur, nous sommes parfois un peu timorés. II faut essayer d'avoir la même confiance qu'au Stadium. On a tous envie de marquer le plus de points possible pour exister le plus possible dans ce championnat. Que pensez-vous des débuts d’Unai Emery ? Je m'en fous. Je ne m'exprime pas sur le travail de mes collègues
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant