L1 - PSG : Mine de rien, Matuidi est redevenu indiscutable

le
0
L1 - PSG : Mine de rien, Matuidi est redevenu indiscutable
L1 - PSG : Mine de rien, Matuidi est redevenu indiscutable

Tiraillé entre un départ à la Juventus Turin et une saison supplémentaire au PSG, retenu par Nasser Al-Khelaïfi, Blaise Matuidi ne partait dans la peau d’un titulaire à Paris. Et pourtant, sans faire de bruit, il s’y impose comme une évidence au milieu de terrain.

« Tout ce qui ne tue pas rend plus fort ». La citation du philosophe allemand Friedrich Nietzsche est taillée sur mesure pour Blaise Matuidi. L’éclosion d’Adrien Rabiot, le recrutement de Grzegorz Krychowiak, le retour de Marco Verratti, l’arrivée d’Unai Emery, son faux-départ pour la Juventus Turin : le milieu du PSG avait tout pour vivre une saison cauchemardesque à Paris. Mais comme à son habitude, sans faire de bruit, il est en passe de s’imposer comme un indiscutable du onze-type. Il a débuté six des sept derniers matchs toutes compétitions confondues de son club comme titulaire et regagné ainsi sa place en équipe de France, après un passage par le banc en septembre en Biélorussie (0-0). Un retour que Didier Deschamps n’a pas eu à regretter au vu de sa prestation aux Pays-Bas lundi (0-1). Avec Matuidi (29 ans, 52 sélections), c’est toujours la même histoire. Moqué pour son style dégingandé, il fait l’objet de critiques souvent injustifiées et est toujours entouré d’un scepticisme ambiant étonnant pour l’un des Bleus les plus réguliers depuis cinq ans.

Matuidi : « Ça peut arriver d’avoir un début de saison difficile »

Son début de saison avait ravivé les doutes sur son cas. « Ça peut arriver d’avoir un début de saison difficile, explique l’ancien Stéphanois dans un entretien à RTL, dont des extraits ont été publiés mercredi avant sa diffusion dimanche. Le plus important, c’est de continuer à travailler et redoubler d’efforts, c’est ce que j’ai fait. » Il a beau avoir participé à toutes les rencontres du PSG, hormis le Trophée des Champions contre Lyon (4-1) en raison de ses vacances prolongées après l’Euro, il y avait une interrogation quant à sa capacité à s’intégrer au système Emery. Ce dont le principal intéressé s’étonne lui-même. « Quel est le meilleur joueur pour mettre la pression à la récupération ? C’est Matuidi, notait Emery sur les ondes de RMC Sport début septembre. Il a commencé plus tard sa préparation parce qu’il est arrivé le dernier. Il y a un gros effectif, mais avec la concurrence, l’équipe est meilleure. C’est normal. Durant la saison, des joueurs vont se blesser avec l’enchaînement des matchs. C’était important que Matuidi reste avec nous. Je lui ai dit trois fois, au téléphone, lors d’une réunion avec lui, et lors d’une réunion avec lui et (Patrick) Kluivert. Et le joueur m’a dit qu’il était content de rester ici. »

Matuidi capitaine à Caen

Ce n’était pas vraiment le discours qu’il avait tenu à Téléfoot quelques jours auparavant. Retenu à la dernière minute par Nasser Al-Khelaïfi, quand son transfert vers la Juventus Turin était déjà bouclé, le Toulousain de naissance aurait apprécié connaitre une première expérience à l’étranger. Il ne s’en est même pas caché. « J’ai souhaité partir, mais le club en a décidé autrement et il fallait l'accepter. C'est vrai que cela a été une période assez délicate parce que j'avais un souhait et que ce souhait-là n'a pas été exaucé. Mais je ne suis pas malheureux au PSG, loin de là, je suis très heureux. Il y a un nouvel entraîneur et je sais qu'il a une grande confiance en moi, on a énormément discuté. » Cette confiance, Matuidi le la lui rend bien. Utilisé au milieu dans un 4-2-3-1 ou dans un 4-3-3, aligné même comme ailier gauche contre Arsenal en Ligue des Champions pour s’occuper du cas Hector Bellerin, le joueur formé à Troyes n’a jamais déçu. Il était même capitaine à Caen (0-6), en l’absence de Thiago Silva et de Thiago Motta.

Matuidi : « C’est une remise en question perpétuelle »

Avec le retour du milieu Motta-Verratti-Matuidi qui avait fait ses beaux jours pendant l’ère Laurent Blanc, le PSG a retrouvé un équilibre dans les jours précédant la trêve internationale. Une dynamique dont profite l’homme aux 250 matchs avec le club de la Capitale. « Depuis que je suis arrivé, on ne m'a jamais fait de cadeaux, remarque-t-il pour RTL. On a parlé de Blaise Matuidi qui aurait du mal à s'imposer avec les entraîneurs qui arrivent, avec les joueurs qui arrivent. Je ne me suis jamais posé de questions. Je me suis dit : « Blaise, il faut toujours que tu travailles, que tu donnes tout, comme tu as l'habitude de faire ». Tout ce qui se passe à côté, on va dire c'est que de la parole. La vérité, c'est le carré vert. C’est une remise en question perpétuelle et personnelle : « Blaise, aujourd'hui tu es dans un club de haut niveau, dans une équipe nationale qui vise haut. À toi d'élever ton niveau de jeu au quotidien ». » Avec cette philosophie, Matuidi ne fait que repousser les limites que les autres veulent lui fixer.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant