L1 - PSG : Le président du CUP en appelle à Nasser Al-Khelaïfi

le
0
L1 - PSG : Le président du CUP en appelle à Nasser Al-Khelaïfi
L1 - PSG : Le président du CUP en appelle à Nasser Al-Khelaïfi

Romain Mabille, président du Collectif Ultras Paris, est revenu mercredi pour Le Parisien sur le retour en arrière des relations entre le PSG et ses supporters. « C’est impossible de continuer dans cette voie », estime-t-il, évoquant Nasser Al-Khelaïfi comme seul remède à cette situation.

L’embellie n’aura pas duré bien longtemps dans les relations entre le PSG et ses supporters Ultras. Une dizaine de jours après leur retour salué par tous dans les tribunes du Parc des Princes pour la réception de Bordeaux (2-0), les membres du Collectif Ultras Paris ont fait machine arrière mercredi. Ils ont justifié leur décision dans un communiqué, suite à une réunion avec la direction du club de la Capitale la veille, et Romain Mabille en a remis une couche dans un entretien accordé au Parisien. « On n’est pas pressés, a expliqué le président du CUP au quotidien régional. On refuse de venir dans ces conditions. On nous demande d’envoyer des gens au stade sans nos responsables. Ce n’est pas possible, y compris pour des raisons de sécurité. Le PSG a reçu des conditions de la préfecture et refuse d’aller à l’encontre. Seulement, cette position est illégale puisque les personnes écartées ne sont pas interdites de stade. »

« Certaines personnes qu’on ne laisse pas entrer sont des anges »

Lui-même concerné après avoir été refoulé à l’entrée contre Bordeaux, Romain Mabille met en cause des personnes actuellement au club et les jugent responsables de cette situation. « Certains au club ont encore le bras long et font pression sur la préfecture. Certaines personnes qu’on ne laisse pas entrer sont des anges, n’ont jamais eu aucun problèmes en 20 ans au stade et ne sont pas connues des services de police. On a l’impression que le président Nasser veut qu’on vienne, mais que ce n’est pas partagé par tout le monde au PSG. » Il en appelle d’ailleurs clairement au président parisien, en première ligne dans ce dossier depuis des mois. « Seul Nasser Al-Khelaïfi peut nous aider. Il a déjà fait pas mal de choses pour nous, et c’est pour lui rendre la pareille qu’on a demandé à nos membres d’entrer dans le stade contre Bordeaux. » Reste que le représentant de Qatar Sports Investments au club n’est pas seul décideur

« On n’est pas en guerre contre le club »

Il doit composer avec des pouvoirs publics encore échaudés par la période noire du supportérisme parisien. « Jean-Claude Blanc nous a dit ouvertement que la préfecture ne voulait pas de dialogue avec nous. Je le déplore et on va continuer à le demander. La préfecture est là pour faire respecter la loi. Si on veut nous tester, qu’on nous teste, mais avec les leadeurs. Je ne peux pas prendre la responsabilité d’envoyer le collectif dans ces conditions, en sachant en plus que certains au club veulent pourrir le truc. » La limitation des parcages visiteurs à 150 personnes, quand le CUP revendique 500 adhérents, reste aussi en travers de la gorge de Romain Mabille. Ce dernier n’est néanmoins pas comme les dirigeants, qui « voient les choses de manière dramatique ». « On n’est pas en guerre contre le club. Ce serait dommage d’arrêter les négociations, mais on ne peut pas se permettre d’accepter cela. On va transmettre des propositions. Notre but est toujours de finir au stade. » Même si cela signifie en passer par des rétropédalages comme celui de mercredi. A voir aussi : >>> L'actualité du PSG >>> L'actualité de la L1
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant