L1 - PSG : Charles Villeneuve ne garde pas que des bons souvenirs

le
0
L1 - PSG : Charles Villeneuve ne garde pas que des bons souvenirs
L1 - PSG : Charles Villeneuve ne garde pas que des bons souvenirs

Dans un entretien croisé avec Jean-Claude Dassier accordé au Figaro en amont de PSG-OM, Charles Villeneuve est longuement revenu sur son mandat à la tête du PSG. Et le journaliste n’a pas gardé que de très bons souvenirs de cette époque.

Il n’est peut-être resté que huit mois à la tête du Paris Saint-Germain, mais Charles Villeneuve est un de ces présidents qui a laissé une petite marque dans l’histoire récente du club de la Capitale. S’il est à l’origine des arrivées de Ludovic Giuly et Claude Makelele à l’été 2008, Charles Villeneuve a été surtout reconnu pour ses saillies verbales pendant et même après son passage à la tête du club de la Capitale. Avant le clasico PSG-OM de ce dimanche, l’ancien présentateur du « Droit de Savoir » sur TF1 s’est prêté pour le quotidien Le Figaro au jeu de l’interview croisée avec un ancien président de l’OM, qu’il a croisé sur la première chaîne, Jean-Claude Dassier. S’il assure avoir gardé un bon souvenir de ses quelques mois au sein du PSG, affirmant avoir « compris qu’il était beaucoup plus facile de diriger un club de foot qu’une rédaction », il garde quelques souvenirs amers de ces quelques mois.

Villeneuve entre étrangleurs ottomans et Bourbaki

Il avait déjà abordé le sujet par le passé mais Charles Villeneuve a décidé d’en rajouter une couche à l’occasion de cet entretien. L’ancien président du PSG a confirmé que les relations qu’il entretenait avec les sphères dirigeantes du club, notamment le Conseil d’Administration de l’époque, n’étaient vraiment pas bonnes. « Mon plus mauvais souvenir concerne le conseil d’administration du PSG, truffé d’étrangleurs ottomans, tonne Charles Villeneuve, utilisant de nouveau cette expression. Une armée de Bourbaki d’une vingtaine de personnes au moins. J’étais entouré d’anciens présidents qui n’espéraient qu’une chose : que le journaliste que j’étais se plante. Je garde un très mauvais souvenir du manque de loyauté au cœur de la direction du club. » Et le journaliste assure également que les actuels dirigeants du PSG ont fait le nécessaire pour ne pas avoir les mêmes problèmes.

Villeneuve : « La douleur est plutôt de votre côté non ?  »

A l’opposé, le meilleur souvenir de Charles Villeneuve à la tête du PSG restera un clasico remporté par le PSG en octobre 2008, et notamment un échange avec les supporters de l’Olympique de Marseille. « Il y avait quand même un côté frustrant parce qu’en tant que président, tu te dois à une certaine retenue, se remémore l’ancien patron du club de la Capitale. Croyez-moi, c’était jouissif intérieurement  ! Je suis descendu sur la pelouse pour féliciter les joueurs alors que les supporteurs de l’OM hurlaient : «Villeneuve va te faire enc… ». Je suis allé les voir, souriant, en leur disant : « La douleur est plutôt de votre côté non ? » Et cela les a bien fait marrer. » C’était sans doute une autre époque, surtout que les clubs ont bien changé depuis, et notamment d’actionnaires, avec des dirigeants sans aucun doute plus lisses.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant