L1 - PSG : Ce qu'il fallait retenir de la présentation des trois nouvelles recrues parisiennes

le
0
L1 - PSG : Ce qu'il fallait retenir de la présentation des trois nouvelles recrues parisiennes
L1 - PSG : Ce qu'il fallait retenir de la présentation des trois nouvelles recrues parisiennes

Le PSG a présenté ses trois nouveaux joueurs lundi : Giovani Lo Celso, Gonçalo Guedes et Julian Draxler. Morceaux choisis.

Le PSG va donner du temps à Lo Celso

 

Recruté en juillet dernier, Giovani Lo Ceslo effectue ses premiers pas avec le Paris Saint-Germain depuis un mois. Le milieu offensif argentin aura besoin d’un temps d’adaptation comme l’a confirmé Patrick Kluivert.

« Nous croyons au potentiel de Lo Celso. Il faut lui donner du temps pour s'adapter au football européen. »

 

Di Maria, une idole et un grand frère pour Lo Celso

 

Après avoir confié qu’il regardait tous les matchs du PSG depuis six mois, le Sud-Américain a expliqué que Javier Pastore, Ezequiel Lavezzi et Angel Di Maria lui avaient conseillé de signer au PSG. Lo Celso a également indiqué qu’il était un très grand fan de l’ancien joueur de Manchester Unied.

« Depuis tout petit, Di Maria est mon idole. Etre son coéquipier, c'est un rêve qui s'accomplit. Il joue le rôle de grand frère. »

 

Guedes, un pari pour l’avenir

 

Arrivé en provenance du Benfica, Gonçalo Guedes est la dernière recrue du PSG cet hiver. Patrick Kluivert a justifié ce transfert en évoquant le talent de l’attaquant portugais.

« Guedes est l'un des joueurs les plus talentueux du Portugal. Il peut jouer aux trois postes de l'attaque et même au milieu. »

 

Pour jouer, Guedes s’adaptera

 

Comme Giovani Lo Celso, Le Lusitanien a mis en évidence sa polyvalence. Si l’Argentin s’est dit capable de jouer « à tous les postes du milieu », Guedes a affirmé qu’il était prêt à jouer n’importe où sur la ligne d’attaque.

« J'ai plus joué sur les ailes pendant ma formation, mais je suis prêt à jouer aux trois postes de l'attaque. »

 

Les étiquettes, Draxler s’en moque

 

Quand on lui a demandé si le prix de son transfert pouvait lui mettre une certaine pression, Julian Draxler a répondu du tac au tac. Les chiffres passent au-dessus de la tête de l’Allemand.

« Le prix de mon transfert ne me met pas la pression. Wolfsburg avait payé 36 millions d’euros pour me recruter. Ça ne m'impressionne pas. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant