L1- Nice : L'OGCN a encore un doute à lever avant de s'emballer

le
1
L1- Nice : L'OGCN a encore un doute à lever avant de s'emballer
L1- Nice : L'OGCN a encore un doute à lever avant de s'emballer

L’OGC Nice a enchaîné dimanche contre Nantes (4-1) une sixième victoire de suite en L1 et consolidé son statut de leader, avec six points sur le duo Monaco-PSG. Il ne reste plus aux Aiglons qu’à éprouver davantage leur solidité à l’extérieur pour s’imposer comme un candidat crédible au titre.

Rien ne résiste actuellement à l’OGC Nice. Les Nantais y ont mis du leur dimanche, à en croire le furibard René Girard après le match, mais l’élan qui porte les Aiglons était trop fort en ce moment pour que des Canaris encore convalescents puissent le stopper. La joyeuse troupe de Lucien Favre - « On est une bande de copains, même en dehors, nous avons la même philosophie de jeu », dixit Wylan Cyprien - a déroulé dans une Allianz Riviera conquis par tant de show (4-1). Elle en est désormais à six victoires consécutives en L1, a planté huit buts en deux matchs et tourne à une moyenne de 2,62 par rencontre depuis deux mois en championnat. Avec 29 points, elle en compte désormais six d’avance sur Monaco et le PSG, incapables de suivre le rythme infernal imposé en tête. Il faut dire que l’OGCN est seulement la troisième équipe à compter au moins 29 unités après onze journées de L1 sous l’ère de la victoire à trois points. Les deux autres, le Lyon de 2006-07 (31) et le PSG de 2015-16 (29), avaient été sacrées championnes en fin de saison.

Le symbole Plea

Alors forcément, il est difficile de contenir l’emballement palpable sur la Promenade des Anglais. Les joueurs et le staff s’y appliquent pourtant dans leur discours. « Dans la vie comme dans le foot, rien n'est jamais acquis. A nous de continuer le travail pour garder cette dynamique », a tempéré Jean-Michaël Seri, imité par Wylan Cyprien, auteur d’un doublé dimanche : « On prend du plaisir et on veut gagner le plus de matchs possible. On fera les calculs plus tard. Il faut rester calme ». Favre s’est laissé davantage aller, admettant qu’il n’y avait « pas de quoi être malheureux ». « Le bilan est satisfaisant. On travaille dur, mais dans le plaisir. Il y a beaucoup de qualité, il faut continuer à progresser. » Séduisants dans le jeu, les Niçois sont aussi d’une redoutable efficacité offensive et ils sont les seuls à avoir marqué à tous les matchs de championnat cette saison. Le symbole de cette réussite, c’est Alassane Plea, critiqué régulièrement pour ses manques dans la finition et troisième meilleur buteur de L1, avec sept réalisations. Son record en carrière, déjà.

Des tests à l’extérieur d’ici la trêve

Tout semble réussir à Nice dans le meilleur départ de son histoire. L’OGCN invaincue jusqu’à la onzième journée, ce n’était plus arrivé depuis près de cinquante ans et la saison 1967-68, conclue à la deuxième place derrière Saint-Etienne. Un bémol à ce début de saison que les même les plus optimistes n’auraient pas osé rêver : le calendrier favorable des Aiglons jusque-là. Ils ont disputé sept matchs à domicile pour seulement quatre déplacements, tous disputés sans Mario Balotelli, et n’ont pas encore passé de gros test à l’extérieur, hormis un peu concluant à Krasnodar en Ligue Europa (5-2). Ce sera le cas d’ici la trêve hivernale, avec des visites à Saint-Etienne, Guingamp, Paris et Bordeaux. Il sera alors temps de juger de la capacité de Nice à emboiter le pas du Leicester de la saison ou du Montpellier de 2012, alors coaché par René Girard. « Nice n'est pas là par hasard. Nice a de la réussite, mais il pratique un beau football. C'est beau ! » Beau comme un songe d’une nuit d’été, dans lequel il est difficile de discerner la réalité du rêve. Mais il ne semble dépendre que des Niçois de faire de ce rêve une réalité. A voir aussi : >>> L'actualité de la L1 >>> Le classement
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6662180 il y a un mois

    Le football, sport n mondial est un spectacle.Dans un championnat français défensif, sans talent, trop physique , Nice donne enfin du plaisir aux spectateurs, téléspectateurs et aux joueurs niçois.Il faudrait que plus d'équipes françaises aillent dans cette voie.Les stades se rempliraient