L1 - Nancy, le temps des regrets

le
0
L1 - Nancy, le temps des regrets
L1 - Nancy, le temps des regrets

Battu 2-1 par le PSG, Nancy n’aura finalement souffert que vingt minutes, le temps d’encaisser deux buts, avant de peu à peu reprendre le fil du match. De quoi laisser des regrets à Pablo Correa.

Après Lyon, Guingamp et Nice, c’est le PSG qui a est revenu prendre trois points sur la pelouse synthétique de Marcel Picot. La lanterne rouge, qui n’a gagné aucun de ses sept derniers matchs à domicile dans l’élite (plus longue disette parmi les 20 clubs de Ligue 1) a subi la loi du champion samedi après-midi (2-1). Les vingt premières minutes ont été catastrophiques pour les hommes de Pablo Correa, qui ont offert sur un plateau les deux buts au PSG, sur un coup-franc loin de Lucas puis une mauvaise remise de la tête de Chrétien pour son gardien. Le coach uruguayen avait forcément du mal à digérer après le match. « Il y a eu des grosses erreurs. Ce n’est pas nouveau. Honnêtement, un coup de pied arrêté à 20cm du sol qui arrive à passer entre tout le monde, c’est trop. Deux cadeaux, comme ça, ça nous a sortis du match. Malheureusement, c’est le scénario qu’on craignait, partir avec des regrets. On est en plein dedans. Toute la débauche d’énergie qu’on a eu par la suite, ça a peu servi. On a bien vu qu’il nous a manqué vingt minutes de match, et face à une équipe de ce potentiel-là... Ils n’en demandaient pas tant. En faisant des erreurs de la sorte, on les a mis dans un cheminement de match trop facile.»

Correa : « Je ne m’attendais pas à ce scénario-là »

Car après le but de Cavani, les Nancéiens ont accentué le pressing et empêché les Parisiens de développer leur jeu. Le but d’Alou Diarra en deuxième mi-temps (son premier en L1 depuis février 2012 avec l’OM contre Valenciennes) est venu récompenser ce travail, mais cela n’a pas suffi à arracher le point du nul, et comme contre Nice (0-1, 7eme journée), ou à Lille (1-0, 8eme journée), les Nancéiens sont rentrés au vestiaire avec des regrets. « Parfois, quand vous vous confrontez à une équipe de cette valeur-là, vous perdez, vous prenez une valise, ils sont supérieurs dans tous les domaines et ça ne vous laisse pas trop de regrets. Mais là, malheureusement, on part avec beaucoup de regrets. On ne pourra pas savoir comment le match se serait déroulé si on n’avait pas fait d’erreurs. Je ne m’attendais pas à ce scénario-là, mes joueurs non plus, mais la réalité, c’est que ces deux erreurs nous ont coutés très très cher », regrettait Correa.

Correa félicite Diarra

L’ASNL compte désormais cinq points après neuf journées, soit exactement le même total que lors de ses deux dernières saisons dans l’élite, en 2011-12 et 2012-13. Deux saisons qui s’étaient conclues par une onzième place, puis une descente. Tout est donc possible. Avec deux points de retard sur le barragiste et trois sur le premier non-relégable, Nancy va devoir rapidement gommer ces erreurs pour commencer à prendre de gros points. Le renfort d’Alou Diarra ne sera pas de trop pour mener à bien la mission maintien des Lorrains, si l’ancien capitaine des Bleus poursuit sur sa lancée de samedi. « Alou, ça fait quelques semaines déjà qu’il montre des signes positifs. C’est un match à sa mesure. C’est un joueur qui a l’expérience. On attentait qu’il retrouve une certaine forme physique et on a bien vu aujourd’hui qu’on ne s’est pas trompé en le mettant parce qu’en plus, il nous a apporté offensivement. Je suis très content de son match », se félicitait Pablo Correa, qui espère que Diarra sera au même niveau samedi prochain à Bordeaux, l’un des huit clubs de Ligue 1 dont il a porté le maillot.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant