L1 - Nancy : Guth toujours confiant pour le rachat

le
0
L1 - Nancy : Guth toujours confiant pour le rachat
L1 - Nancy : Guth toujours confiant pour le rachat

Cyril Guth, qui représente le conglomérat d’investisseurs en négociations pour racheter l’AS Nancy-Lorraine, s'est exprimé jeudi le forum des supporters du club sa confiance sur le dossier. Il demande simplement un délai pour le finaliser.

Les supporters de l’AS Nancy-Lorraine n’y voient toujours pas plus clair. Annoncé depuis des semaines, le rachat du club par un conglomérat d’investisseurs, dont la plupart est chinoise, traîne en longueur. « Tant que les choses ne sont pas actées de manière définitive, rien n’est fait. Il y a une volonté, mais dans les affaires, il y a des affaires qui avancent, il y a des affaires qui se terminent mal ou qui ne se font pas. Les choses n’avancent pas comme je le souhaiterais », reconnaissait même Jacques Rousselot, actuel président de Nancy, sur les ondes de France Bleu Sud-Lorraine en début de semaine.

Au plus tard le 30 novembre selon Guth

Un pas en arrière que Cyril Guth s’est empressé de démentir. Représentant français des investisseurs potentiels, il est revenu sur la situation via le forum des supporters nancéiens. A le croire, il ne manque qu’un délai supplémentaire pour finaliser le dossier. « Nous laissons la décision à la direction de l'ASNL d'étendre ou non le délai sur lequel nous nous étions mis d'accord (15 novembre). De notre côté, nous pensons finaliser avec certitude la transaction financière au plus tard le 30 novembre, avant si les banques nous accélèrent la procédure. »

Guth : « Pas du fait d'un manque de fonds »

Dans tous les cas, Cyril Guth n’envisage pas une issue défavorable et réitère l’envie de ce conglomérat de prendre les rênes de l’ASNL. « Je confirme à nouveau les fermes intentions de mes partenaires et moi-même de finaliser cette transaction de rachat de l'ASNL. Nous rencontrons effectivement des délais dans la transaction financière mais ceci n'est pas du fait d'un manque de fonds (les sociétés chinoises qui nous supportent ont une surface financière bien supérieure même à celle du PSG), mais tout simplement lié au type de montage financier et de ses instruments de règlement provenant de Chine qui sont pour le moins compliqués et parfois difficiles à faire valider rapidement par les banques européennes. » Tout ne serait donc qu’une question de temps. Voilà qui devrait rassurer les supporters nancéiens. Même s’ils attendront que tout soit officiel pour souffler, les volte-face de dernière minute ayant été nombreuses dans ce type de dossier ces dernières années dans le football français.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant