L1 - Montpellier : Mais qu'est-ce qui cloche ?

le
0
L1 - Montpellier : Mais qu'est-ce qui cloche ?
L1 - Montpellier : Mais qu'est-ce qui cloche ?

Avec une seule victoire depuis le début de la saison, Montpellier se maintient à peine hors de la zone de relégation avant la clôture de la 8eme journée. Tout ne tourne pas rond dans l’Hérault et chacun a une explication différente, pour ajouter à la cacophonie ambiante.

Montpellier n’est vraiment pas en forme dans ce début de saison. Après la victoire initiale face à Angers, le MHSC n’a plus goûté à la victoire. Ce samedi, à Dijon, un triplé de Casimir Ninga a donné un large avantage aux Héraultais... qui se sont effondrés dans les dix dernières minutes pour concéder un quatrième match nul en huit journées. Des résultats en berne qui commencent à faire monter la température en interne, et cause une belle cacophonie au sujet des causes profondes d’une spirale négative à laquelle personne ne trouve une solution. Après ce match en terre dijonnaise, Frédéric Hantz y est allé de sa petite explication et trouve que le problème se situe au niveau du mental. « On fait le match qu'il faut. On inscrit trois buts à l'extérieur, lors d'un match que nous avons mentalement maîtrisé, a assuré l’entraîneur montpelliérain en conférence de presse. Cette saison, nous avons mené sept fois au score, et pourtant nous ne comptons qu'une seule victoire... Notre problème est surtout mental, et je vais devoir axer mon travail sur ce point. Les joueurs ont montré de très bonnes choses dans le jeu. »

Boudebouz met la défense en accusation

Le constat émis par Frédéric Hantz ne semble pas avoir d’écho au sein du club montpelliérain car, juste après la rencontre, c’est Ryad Boudebouz qui a avancé sa propre tentative d’explication... et vise la ligne défensive montpelliéraine, mise en cause notamment par un but d'Anthony Vanden Borre contre son camp. « Les matchs se répètent. C’est toujours les mêmes erreurs. Si on ne veut pas apprendre, on va galérer toute la saison. C’est très frustrant. On répète toujours les mêmes erreurs. On dirait qu’on a tous 18 ans et qu’on vient de débuter en Ligue 1. Jamais tu ne dois prendre des buts comme ça, ce sont des fautes d’inattention, a tonné l’international algérien au micro de beIN Sports sur le bord de la pelouse samedi soir. C’est bien de critiquer les offensifs, mais s’il faut en mettre trois ou quatre à chaque match, ça va être difficile. Je n’accuse aucun défenseur, c’est toute l’équipe défensivement ensemble. Si on veut aller plus haut, il va falloir s’améliorer sur ça ! »

Et « Loulou » vient mettre son grain de sel

Mais la première salve est venue peu avant le match quand, installé sur le banc de touche de son équipe au Stade Gaston-Gérard et toujours au micro de beIN Sports, le président du MHSC Louis Nicollin, qui a exceptionnellement fait le déplacement avec son équipe, a adressé un tacle non contrôlé à... sa propre cellule de recrutement. Et, comme souvent avec « Loulou », le langage est très fleuri ! « Il y a des choses qui me déplaisent. J'ai des gens qui font le recrutement qui sont des grosses bites, a assuré le truculent dirigeant du MHSC. Je m'excuse de parler comme ça mais c'est vrai. Ça fait trois ans que je leur réclame de trouver un défenseur central, et ils ne l'ont toujours pas trouvé. Donc il va falloir un peu remanier tout ça. » Quand un dirigeant de club se permet une telle saillie verbale à quelques minutes d’un match crucial, quand chaque élément du club a une vision différente d’un problème, qui peut se révéler être multiple, c’est le signe que tout ne vas pas bien à Montpellier. La saison a mal démarré pour la Paillade... et elle risque bien d’être longue.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant