L1 - Monaco : L'ASM sait aussi défendre

le
0
L1 - Monaco : L'ASM sait aussi défendre
L1 - Monaco : L'ASM sait aussi défendre

Machine à marquer depuis le début de la saison, Monaco affiche également une solidité défensive remarquable depuis le début de la saison.

L’attaque de Monaco est brûlante depuis le début de la saison (76 buts en 28 matchs toutes compétitions confondues). C’est elle qui focalise toute l’attention médiatique, tant elle établit des standards que la France n’avait plus connus depuis cinquante ans. La dernière fois qu’une équipe était à plus de trois buts de moyenne par match après dix-sept journées de championnat, c’était le RC Paris en 1959-60. Un autre temps, avec d’autres mœurs footballistiques. Mais tout ça ne doit pas faire oublier que l’ASM n’est pas seulement une ligne d’attaque écrasant quasiment tout ce qu’elle croise sur son passage. Si tous les joueurs participent à l’orgie offensive, que ce soit dans la construction (13 passeurs décisifs différents en L1) ou dans la finition (14 buteurs), c’est aussi le cas pour le travail défensif.

Cinq clean-sheets en six matchs de L1

C’est là que se ressent la patte Leonardo Jardim, qui s’est défait en quatre mois d’une étiquette d’entraîneur défensif difficile à décoller depuis son arrivée en France. Le coach de Monaco a toujours placé le groupe au-dessus de tout et chacun doit s’inscrire dans cette démarche collective, sous peine de se mettre de lui-même en marge. Il suffit de voir le travail des attaquants à la perte du ballon, même un Radamel Falcao que la France du football n’avait jamais connu aussi impliqué, pour comprendre que le message du technicien portugais est parfaitement reçu par ses joueurs. C’est un constat, l’ASM est aussi flamboyante que costaude actuellement. En retirant de l’équation le match pour du beurre à Leverkusen en Ligue des Champions (3-0), joué avec une équipe B, elle a marqué 35 buts sur ses neuf derniers matchs toutes compétitions confondues et en a encaissé… 2. Elle a même réalisé un clean-sheet lors de cinq de ses six derniers matchs de L1, soit autant que lors de ses 21 précédents. Ce n’était pas gagné d’avance, puisque Monaco a totalement refondu sa défense pendant l’été.

30 millions d’euros investis dans la défense cet été

Exit Ricardo Carvalho, Fabio Coentrao, Elderson Echiejile ou Wallace. Des départs compensés par les arrivées de Kamil Glik, Benjamin Mendy et Djibril Sidibé. Les dirigeants du club de la Principauté ont ainsi investi plus de 30 millions d’euros pour reconstruire leur secteur défensif, ils n’ont pas à le regretter aujourd’hui. Les deux latéraux français font briller leurs qualités de contre-attaquant dans le 4-4-2 de Jardim et s’épanouissent dans un système qui les met en valeur. Mais la belle pioche de l’été, c’est Glik, qu’il fallait aller débaucher au Torino contre huit millions d’euros dans la foulée d’un Euro 2016 intéressant avec la Pologne. « Kamil est un joueur expérimenté, qui nous apporte beaucoup. C'est un monstre défensivement, s’est félicité Bernardo Silva. Dans le vestiaire, il ne fait pas peur mais sur le terrain... » « Il donne de l'équilibre à l'équipe, a enchaîné Jardim. Il conseille Fabinho, Bakayoko, Jemerson, Sidibé, Mendy, tous les jeunes qui évoluent autour de lui. C'est un défenseur fort dans les duels, agressif, qui donne tout pour le collectif. C'est un leader sur le terrain. »

Aucune défaite avec la défense-type

A ses côtés, Jemerson a pris une autre dimension, après six mois passés à s’adapter au football français. La réussite actuelle du Brésilien est un succès largement imputable à Jardim, qui l’a couvé de janvier à juin (cinq apparitions) pour ne pas le griller avant de l’installer au cœur de sa défense. Ce n’est pas un hasard si en huit matchs toutes compétitions confondues avec sa défense-type (Sidibé-Glik-Jemerson-Mendy), l’ASM en a gagné six pour deux nuls et zéro défaite. En cas de défections, Monaco a toujours sur le banc le couteau suisse Andrea Raggi, capable d’évoluer à tous les postes de l’arrière-garde, et des jeunes prometteurs comme Almamy Touré, Kévin N’Doram ou Abdou Diallo. Sans oublier que le quatuor défensif est protégé par une paire Fabinho - Tiémoué Bakayoko qui est certainement la meilleure du genre en France cette saison. Ce Monaco-là n’aurait donc aucun défaut ? S’il en a un, ce sera à Bruno Genesio et à l’Olympique lyonnais de le trouver dimanche à Louis-II. Mais il se pourrait bien que cette mission soit impossible en ce moment.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant