L1 - Metz : Une défaite large mais pas historique

le
0
L1 - Metz : Une défaite large mais pas historique
L1 - Metz : Une défaite large mais pas historique

Ecrasé sur sa pelouse de Saint-Symphorien par Monaco samedi soir (0-7), le FC Metz a encaissé une des plus lourdes défaites de l’histoire de la Ligue 1. Retour sur des matchs qui ont marqué le championnat.

Sept buts encaissés à domicile, aucun marqué. C’est le triste bilan du FC Metz au sortir du match de la 8eme journée de L1, ce samedi au Stade Saint-Symphorien. Une défaite historique pour le club messin suite à laquelle Philippe Hinschberger a répondu par un trait d’humour. « On va passer pour des cons, mais on s'en remettra. Le coach, il a envie de disparaître dans la soute, assure l’entraîneur messin. Dans un moment comme ça, le mieux c'est de la fermer, prendre des informations sur ce qu'il s'est passé, car parler à chaud c'est très dangereux, car on est sous le coup de la frustration et de l'humiliation. » Il faut dire que cette défaite est, tout simplement, la plus lourde pour Metz dans l’élite depuis 22 ans, c’était le 28 août 1984 sur le même score à... Monaco !

7-0, pas un record absolu

Cette large défaite de Metz à domicile n’est, bien évidemment, pas l’addition la plus lourde de l’histoire de l’élite du championnat de France de football. C’était une autre ère mais le record de la victoire la plus large appartient à... Sochaux, à l’occasion de la 1ere journée de la saison 1935-1936. La victime était Valenciennes sur le score ahurissant de 12-1. Même dans les dix dernières années, ce n’est pas la plus lourde défaite subie sur son terrain puisqu’il ne suffit que de remonter de quelques mois en arrière avec le match qui a validé le titre du PSG la saison passée à Troyes avec un 9-0. Une performance qui avait permis au club de la capitale de signer le record en la matière, faisant mieux que trois affiches, toutes dans les années 1930 ou 1940. En effet, en octobre 1936, Strasbourg avait atomisé Mulhouse (9-1) dans un derby alsacien. Deux ans plus tard, c’est Valenciennes qui était allé écraser Rouen par huit buts d’écart (9-1) quand, en 1948, Marseille était aller prendre le meilleur sur Roubaix (10-2). Sept buts encaissés à domicile, ce n’est pas un record mais ça restera un souvenir douloureux pour le FC Metz.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant