L1 - Metz / Philippe Hinschberger : « Qu'on en prenne trois, c'est le minimum »

le
0
L1 - Metz / Philippe Hinschberger : « Qu'on en prenne trois, c'est le minimum »
L1 - Metz / Philippe Hinschberger : « Qu'on en prenne trois, c'est le minimum »

Si Philippe Hinschberger reconnait aisément la supériorité du PSG sur Metz dimanche (3-0) et ne remet pas en cause l’ampleur du score, l’entraineur des Grenats regrette les occasions manquées en seconde période.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU PARC DES PRINCES

Philippe Hinschberger, comment expliquez-vous les deux périodes très différentes de votre équipe dimanche lors de la défaite de Metz à Paris (3-0) ? On a été trop dominés en première période par cette équipe de Paris. Elle s’est créée beaucoup d’occasions de but, on a tenu tant bien que mal. En deuxième période par contre, on a fait ce qu’on avait prévu, c’est-à-dire sortir de temps en temps, jouer les coups à fond, avec quelques contres qu’on aurait pu mieux négocier, même à 1-0. On a un duel avec (Kevin) Trapp. On aurait pu revenir au score, mais sur le match, il n’y a aucun souci sur la victoire de Paris.

Qu’avez-vous pensé du PSG sans Zlatan Ibrahimovic ? Je ne l’ai pas connu du banc avec Zlatan, je ne peux pas vous dire la différence. J’ai vu une équipe tonique, avec une grand qualité technique. Par rapport à nous, c’est ce qui fait vraiment la différence. Ils ont des latéraux qui sont de très bons footballeurs, mais aussi de très beaux athlètes, qui répètent les efforts tout le temps. C’est un travail de sape, c’est très dur de tenir sur l’ensemble du match. Cette équipe commence doucement ses actions, tranquillement, et qui finit très vite dans les trente derniers mètres, avec beaucoup de justesse. C’est très très difficile.

Vous avez obtenu néanmoins des opportunités de marquer après la pause… On a donné une meilleure image en deuxième période. Etait-on trop timides en première période ? Je ne sais pas. On est venu trop peu souvent dans la surface parisienne. Partant de là, on a trop subi, le score aurait pu être plus lourd à la mi-temps. Mais on a vu une équipe de Metz qui s’est créé des occasions en seconde période. On a fait bosser Trapp, c’est plutôt bon signe. Si j’ai un regret sur cette deuxième période, c’est plutôt ce deuxième but sur corner. Sur coup de pied arrêté, c’est forcément gênant.

Hinschberger : « Gagner samedi nous donnerait du confort »

Ne trouvez-vous pas le score final sévère ? Sévère… Sur la deuxième période, peut-être, mais on avait parfois l’impression que Paris jouait à sa main. Sur l’ensemble des occasions qu’ils ont, ce n’est pas immérité qu’on en prenne trois, c’est même le minimum. Mais nous, on aurait certainement de ne pas rentrer sur un score vierge au vu de la deuxième période.

Quel est votre avis sur la prestation d’Opa Nguette ? En certains circonstances, il a donné du fil à retordre à Serge Aurier, qui a d’ailleurs pris un carton jaune. Il aurait certainement mérité de le fixer encore plus en deuxième période. C’est un garçon qu’on a récupéré à Valenciennes, qui franchit un palier. Il nous amène de la vitesse et de la percussion. Il est très difficile à attraper quand il est dans l’élimination. Il l’a très bien fait à 0-1, avant de buter sur Trapp (ndlr : action qui se déroule en fait à 0-0). Ça aurait certainement mérité un meilleur sort.

Dans quel état d’esprit abordez-vous la réception d’Angers la semaine prochaine ? La victoire contre Lille (3-2) nous a donné un petit bonus pour venir au Parc des Princes. On savait que ce serait difficile, on n’a pas été déçus. Angers est certainement un club qui sera dans les mêmes eaux que nous au classement, on sait que ce sera un match important. Ils ont mal commencé leur championnat. Nous, on a envie de gagner samedi prochain pour arriver à six points en trois matchs, ce qui nous donnerait du confort avant de se déplacer successivement à Nantes et à Dijon.

A voir aussi : > L'actualité de la L1 > L'actualité du PSG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant