L1 - Marseille : Sans défense, l'OM repart de zéro

le
0
L1 - Marseille : Sans défense, l'OM repart de zéro
L1 - Marseille : Sans défense, l'OM repart de zéro

Dépassé par Montpellier en ouverture de la 12eme journée de L1 vendredi (3-1), Marseille a affiché des carences défensives rédhibitoires pour espérer une autre issue. Défait pour la première fois depuis qu’il est sur le banc de l’OM, Rudi Garcia a encore du pain sur la planche.

Les trois matchs de championnat sans encaisser de but, la solidité apparente, le « coup » réalisé au Parc des Princes, c’est déjà de l’histoire ancienne pour l’OM. L’embellie défensive de l’Olympique de Marseille, que Rudi Garcia avait jugée primordiale pour construire son équipe, a volé en éclats vendredi soir sur la pelouse de la Mosson contre un Montpellier entreprenant (3-1). La lenteur de la charnière centrale, l’inefficacité des latéraux et les relances imprécises ont dicté la soirée catastrophique des Marseillais. Si les Phocéens ont encore fait preuve d’une timidité offensive inquiétante, malgré le but de Florian Thauvin, c’est surtout en défense qu’ils ont pris l’eau. Et il n’a pas fallu beaucoup de temps pour le comprendre.

Rolando en souffrance

Après quatre minutes de jeu en première période, Rolando s’est fait déposer par Stecve Mounié sur l’action du premier but de Riyad Boudebouz. Très mal placé sur le coup, le défenseur portugais a affiché une incroyable lenteur et un placement toujours aussi aléatoire. Comme Doria, lui aussi très peu inspiré dans son positionnement. Maltraités par Boudebouz et Morgan Sanson sur chaque accélération, les deux défenseurs ont avalé des couleuvres tout le match. « Ce soir (vendredi), on a très mal défendu, a reconnu Rolando au micro de Canal + après la rencontre. On ne va pas se chercher des excuses car on a un nouveau coach. On a cassé la dynamique aujourd’hui. Il faut se remettre au travail. » A Paris, dans le 5-3-2 concocté par Rudi Garcia, le trio Fanni-Rolando-Doria avait formé un mur impénétrable. Mais depuis que le système à évoluer (en 4-3-3 ou 4-2-3-1), cette solidité s’est effritée avant de s’envoler à Montpellier. A deux dans la charnière centrale et avec Fanni sur le côté droit, Marseille a replongé la tête la première dans une rivière de doutes.

Garcia : « Des ballons perdus bêtement »

Même dans les duels aériens, les joueurs phocéens ne se sont pas montrés à leur avantage alors qu’ils avaient prouvé leur force dans ce secteur lors des dernières sorties. « On a été battus dans l’agressivité, a expliqué Rudi Garcia sur beIN Sports. Quand on perd bêtement des ballons sur des fautes techniques, on est punis. On sait qu’on a du travail, ce soir cela nous a sauté aux yeux encore plus. » Autre point noir de la soirée : les relances. Si Doria et Rolando ne sont pas connus pour la qualité de leurs transmissions, ils ont souvent rendu les ballons en dégageant le ballon en catastrophe ou en balançant des longs ballons à destination de personne. Il faut dire que les deux défenseurs n’ont pas été aidés par Lassana Diarra, censé être le premier relanceur de l’OM, mais qui a surtout traîné son spleen à la Mosson. « On a été en difficulté car notre milieu a manqué d’impact, a indiqué le coach marseillais (...) La concurrence obligera les joueurs à être sur le qui-vive. » Celle de qui ? La solution ne s’appelle probablement pas Rekik, Sakai ou Hubocan. En attendant mieux (et surtout le Mercato hivernal), Rudi Garcia va devoir bricoler. A lire aussi : >>> Montpellier renvoie l'OM à ses études >>> Entretien 365 - Toulouse / François Moubandje : « Aujourd’hui, on est une équipe »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant