L1 - Marseille : McCourt rêve grand mais reste lucide

le
0
L1 - Marseille : McCourt rêve grand mais reste lucide
L1 - Marseille : McCourt rêve grand mais reste lucide

Avant le choc entre Marseille et Lyon, le futur propriétaire de l’OM Frank McCourt s’est confié dans différents médias concernant sa vision du futur du club marseillais et l’ancien propriétaire des Los Angeles Dodgers voit grand.

Le plan de communication est quasiment parfait. Quelques jours après l’annonce de son arrivée pour reprendre l’Olympique de Marseille et quelques heures avant le choc face à Lyon, Frank McCourt s’est confié à différents médias :  au quotidien La Provence, mais à la radio sur RMC et à la télévision sur TF1 dans le cadre du magazine Téléfoot, avant une interview plus personnelle dans la semaine à venir pour le magazine Paris Match. A l’occasion de son entretien avec le quotidien marseillais, Frank McCourt a martelé son message et présenté ses ambitions quant à l’avenir du club olympien.

« Les supporters ne veulent qu'une chose : que l'équipe gagne »

Frank McCourt a rapidement saisi que les supporters étaient un élément important du club phocéen et a profité de ces sorties médiatiques pour leur adresser un message. « Les supporters ne veulent qu'une chose : que l'équipe gagne, qu'elle aille bien, tonne le futur propriétaire de l’OM dans La Provence. Ils veulent la soutenir, aussi. Ils reviendront en grand nombre parce que notre envie de gagner est réelle, notre investissement est sérieux. Ils prendront connaissance de notre projet, nous répondrons à leurs questions. Je pense qu'ils seront très enthousiastes. Au final, les supporters veulent que leur équipe joue bien, c'est ce que nous voulons aussi. Nous sommes sur la même longueur d'onde. En ce qui me concerne, ce qui est arrivé appartient au passé. Nous voulons regarder vers l'avenir et mettre notre projet à exécution pour ramener le titre de champion à Marseille. » Et pour remplir le Stade Vélodrome, Frank McCourt assure vouloir que les places soient accessibles du point de vue tarifaire. « Quand j'étais propriétaire des Dodgers, à Los Angeles, il était très important pour moi de maintenir les places à des prix abordables, rappelle-t-il. Bien sûr, il y avait des places plus chères. Nous devons garder un stade Vélodrome accessible. Surtout pour les supporters les plus passionnés, qui ont l'OM dans le sang. Nous devons les respecter et être sûrs qu'ils pourront venir encourager leur équipe. »

« Nous voulons être le club numéro 1 »

Comme il l’a confirmé lors de la conférence de presse à la Mairie de Marseille, où il a introduit son « OM Champions Project », Frank McCourt a martelé que son ambition était de refaire de l’OM le centre du football français, un candidat pour le titre à même de concurrencer le PSG. « Nous allons remettre l'OM sur les rails du succès et du titre de champion de France, assure ce dernier. Dans mon esprit, quel serait le but ou l'intérêt d'être deuxième ? Où est la passion, l'excitation, l'envie, le défi ? Nous voulons être le club numéro 1. » S’il avoue que voir l’OM remporter une deuxième Ligue des Champions est « un rêve », il assure, en français dans le texte, qu’« impossible n’est pas marseillais » concernant le futur recrutement de l’OM, interrogé sur la possibilité pour l’OM d’attirer un joueur comme Antoine Griezman à l’avenir. Pour cela, s’il concède qu’il faudra une stratégie à court-terme pour renforcer l’effectif de l’OM, le travail à long terme sur la formation pourra jouer un rôle. « Nous sommes 22eme au classement de la formation, c’est inacceptable, assure Frank McCourt. Nous avons besoin de joueurs formés chez nous. Nous faisons ensuite une association entre des joueurs formés au club et des stars ou des joueurs expérimentés qui vont être des meneurs et montrer la voie. » Une amélioration de la formation qui passera pas un renforcement des équipes de détection, surtout sur le plan local. Mais, à ce sujet, Frank McCourt se veut clair : « Nous n’allons pas attendre quatre ou cinq ans pour être compétitifs. Nous allons l'être maintenant et nous devons avoir une stratégie à court terme en même temps que nous bâtissons notre stratégie à long terme avec de jeunes talents. » Mais une stratégie que Frank McCourt veut différente de celle mise en place par le PSG et les Qataris, à base de dépenses sur le marché des transfert. « Je ne suis pas les Qataris. Première chose, tonne l'investisseur américain dans l'entretien accordé à Téléfoot. Mais nous voulons gagner et construire une équipe de vainqueurs, nous dépenserons ce qui est nécessaire pour cela. Notre budget, PSG mis de côté, sera l’un des trois plus gros du championnat. »

« Il faut être réaliste sur la situation de l’OM, les choses ne vont pas changer du jour au lendemain »

Car Frank McCourt sait qu’il ne peut pas révolutionner l’OM en quelques semaines, d’un claquement de doigts. Son projet ne peut être qu’à moyen terme pour laisser le temps de rebâtir des fondations solides et pérennes. « Nous devons aussi être réalistes sur la situation dans laquelle le club se trouve actuellement. Les choses ne vont pas changer du jour au lendemain, clame l’investisseur américain. Nous devons assembler les pièces du puzzle pour être compétitifs et battre Paris systématiquement. C'est le but ultime du sport. Nous n'accepterons rien de moins bien que ça. Tout le monde doit aller dans cette direction, travailler le plus dur possible. » Et cela commencera dès lundi avec un passage devant la DNCG et Frank McCourt s’y présentera avec ses équipes, dont Jacques-Henri Eyraud, qui est destiné à prendre la présidence de l’OM. « Nous avons bien rendez-vous avec la DNCG, lundi. C'est une procédure tout à fait standard et normale pour un investisseur qui achète un club, concède-t-il. La DNCG veut savoir quel est notre projet, notre plan, nos ambitions en termes d’investissement dans l’équipe, ce que nous allons faire dans les trois ou cinq prochaines années, etc. Nous avons hâte de partager notre vision du club avec ses membres. Nous allons nous concentrer sur les détails de notre plan d'un point de vue financier. »

« Notre volonté est de soutenir les personnes actuellement en poste »

Si l’arrivée de Jacques-Henri Eyraud à la tête de l’OM est une certitude, ce devrait être dans un premier temps le seul chamboulement de l’organigramme du club, Frank McCourt assurant ne pas vouloir tout changer trop vite et surtout pas avant d’avoir officiellement pris le contrôle du club. « Nous ne sommes pas encore propriétaires de l'OM. Nous prendrons le temps, sermonne l’homme d’affaires américain. Une fois que nous aurons pris connaissance de tous les éléments, on prendra les décisions nécessaires à partir de ce moment-là. Le faire maintenant un peu au hasard serait prématuré. Être réfléchi sur ce genre de choses est important. Quand nous aurons le privilège d'être propriétaires, avec Jacques-Henri, nos consultants et moi-même, nous commencerons à analyser la situation et ce que nous devons faire pour l'améliorer. » Parmi les postes qu’il faudra pourvoir au sein de l’OM, il y a celui de directeur sportif et Frank McCourt a nié des contacts avec Leonardo. « Ce n'est pas vrai, assure-t-il. Notre volonté est de soutenir les personnes actuellement en poste, cela inclut les joueurs, l'entraîneur et le directeur sportif. » Un poste qui, aux yeux de l’Américain, sera primordial et pour lequel il n’a pas rencontré José Anigo, qui est toujours sous contrat avec l’OM, assurant le connaître seulement de nom. « En tant que propriétaire d'équipe, j'ai retenu deux ou trois leçons. L'une d'elles - et je considère ça comme un credo -, c'est que le propriétaire, le président et le directeur sportif doivent tous aller dans la même direction, partager la même aspiration, vous savez, d'être le numéro 1 », assure Frank McCourt.

« Je viens ici principalement pour gagner »

A l’annonce de l’arrivée de Frank McCourt à la tête de l’OM, des voix se sont élevées pour le critiquer sur le fait qu’il rachetait le club pour gagner de l’argent plus que pour monter un projet sportif. Une posture dont ce dernier s’est défendu. « Je viens ici principalement pour gagner. Je dirais que c'est une fantastique opportunité. Ma priorité n’est pas de gagner de l'argent, confirme l'investisseur. Je serai sûrement très populaire quand nous gagnerons... Mais il ne faut pas se focaliser sur ça. » Les critiques se sont aussi portées sur sa gestion des Los Angeles Dodgers, lui qui a été désigné deuxième pire propriétaire de franchise par ESPN. Des critiques que Frank McCourt a décidé de balayer d’un revers de la main. « Si vous regardez la situation, vous constaterez que les critiques ont été émises dans des périodes difficiles, durant les dernières années. Quand j'ai acheté le club, il n'allait pas très bien, assure ce dernier. Financièrement, il était classé dernier de tous les clubs de la MLB. Nous sommes passés du statut de club le moins performant financièrement à celui de plus performant. Les fans ont retrouvé les raisons de s’enthousiasmer. Les spectateurs sont revenus au stade. C'était une superbe époque. » Frank McCourt va maintenant devoir convaincre, dès lors qu’il sera officiellement le propriétaire de l’OM.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant