L1 - Marseille : Les carences du secteur défensif s'affichent au grand jour

le
0
L1 - Marseille : Les carences du secteur défensif s'affichent au grand jour
L1 - Marseille : Les carences du secteur défensif s'affichent au grand jour

Plus que la défaite, Marseille a affiché les limites de son effectif mercredi soir à Rennes (3-2, 6eme journée de Ligue 1). Contraint de bricoler en défense, Franck Passi a fini par voir son arrière-garde craquer dans les grandes largeurs. Et le prochain Mercato n'est que dans trois mois…

Il est encore trop tôt pour parler d’incendie, mais les premières braises d’une crise sportive annoncée commencent à prendre sur la Canebière. A peu de choses près, l’OM pourrait compter six points de plus ce vendredi, si ses fins de matchs à Nice et à Rennes ces derniers jours n’avaient pas été négligées. Mais plus que le résultat aussi décevant que frustrant, le club phocéen a affiché les limites de son effectif mercredi soir au Roazhon Park (3-2, 6eme journée de Ligue 1). Privé de Doria, suspendu, Franck Passi a dû repenser une défense qui commençait seulement à trouver des automatismes et donc à faire ses preuves. Mais là où le problème est grave, c’est que le remplaçant du Brésilien, Karim Rekik, n’est en rien incriminable dans la défaite de son équipe. Souvent, le Néerlandais a compensé les bévues de son partenaire de charnière, Tomas Hubocan. Impliqué sur deux des trois buts rennais, le Slovaque est complètement passé à côté de son match et se retrouve depuis la cible des critiques des supporters olympiens. Mais en y regardant de plus près, les deux buts encaissés par l’OM dans les cinq dernières minutes viennent de trous béants laissés sur le côté droit de la défense. Un côté droit sur lequel le club marseillais a rencontré des problèmes lors de son déplacement à Rennes, puisque Hiroki Sakai est sorti sur blessure dès la 8eme minute de jeu.

Anguissa a convaincu à droite, pas Sarr

Ne disposant que de Rolando sur le banc, Rod Fanni ayant été jugé encore trop juste pour figurer sur la feuille de match, Franck Passi a tenté un pari osé en lançant le jeune milieu de terrain André-Frank Zambo Anguissa à un poste qu’il ne connaissait pas. Un pari gagnant, tant le Camerounais a paru rassurant. Très actif dans son couloir, mais également appliqué défensivement pour contenir les montées de Paul-Georges Ntep, Zambo Anguissa a toutefois dû repasser dans l’entrejeu suite à l’expulsion de Zinedine Machach. Comme si le premier bricolage ne suffisait pas, l’ancien adjoint de Bielsa et Michel a dû trouver un nouvel arrière droit. Bouna Sarr fut l’élu. Mais l’ancien Messin n’a pas eu la même rigueur défensive et par deux fois, Ludovic Baal et Kamil Grosicki ont pu profiter d’espaces pour apporter le danger dans la surface adverse. A deux jours de la réception de Nantes au Vélodrome, les questions sont nombreuses. A priori, le Japonais ne souffrirait que d’une béquille et un rétablissement pour le prochain match de championnat n’est donc pas à exclure. Il serait le bienvenu. Car sinon, il faudra compter sur un Rod Fanni « pas encore à 100% » de l’aveu même de son coach mardi en conférence de presse. Mais avec la multiplication des matchs, les premières suspensions et la possible participation à la Coupe d’Afrique des Nations d’Henri Bedimo en début d’année prochaine, les supporters marseillais peuvent s’inquiéter du manque de densité de leur effectif dans le secteur défensif. Et le prochain Mercato est dans trois mois…
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant