L1 - Marseille / Franck Passi : « Mon avenir n'est pas important »

le
0
L1 - Marseille / Franck Passi : « Mon avenir n'est pas important »
L1 - Marseille / Franck Passi : « Mon avenir n'est pas important »

Présent en conférence de presse avant la réception de Metz dimanche soir, Franck Passi a évoqué son futur sur le banc marseillais. S’il avoue ne pas avoir posé de questions aux nouveaux dirigeants, l’entraîneur de l’OM n’a aucune indication sur la suite de sa mission sur le banc phocéen.

Franck Passi, après l’annonce de la vente du club, avez-vous discuté avec les futurs dirigeants ou continuez-vous de vivre au jour le jour ? J’ai déjà discuté avec les nouveaux dirigeants. Mais ça ne change rien au match du week-end, il faut battre Metz. Mon objectif, c’est de faire progresser l’équipe. Ça ne change rien pour le reste. Vous vous attendez à des chamboulements ? Je n’en sais rien. Je n’ai pas parlé de ça avec les dirigeants. Ce n’est pas ça qui va me fragiliser. (...) On se prépare à entrer dans une nouvelle ère. Vous avez posé des questions sur votre avenir ? Vous serez-là jusqu’à la fin de la saison ? Ce n’est pas important aujourd’hui. Mais ça l’est pour vous (les journalistes). Ce qui m’intéresse, c’est qu’on reconnaisse que cette équipe a de la valeur. Mais comme tous les autres entraîneurs, je ne vais pas dire que je ne veux pas aller jusqu’à la fin de mon contrat.

Passi : « Pas d’opinion sur Luis Campos »

Etes-vous d’accord avec le choix de faire venir Luis Campos à l’OM ? Je ne pense pas que j’ai à vous répondre sur ce sujet. Je n’ai même pas d’opinion. Je ne choisis pas. Je ne connais pas spécialement Luis Campos, mais si les dirigeants pensent que c’est un bon choix pour l’OM, il viendra et il fera son travail. Comme moi, j’essaye de faire le mien. (...) J’ai eu la chance d’avoir participé aux choix des joueurs cet été, c’était parfait. L’arrivé de McCourt peut apporter des nouveaux moyens financiers à l’OM qui pourrait recruter dès cet hiver ? Je ne vais pas dire que ce n’est pas une mauvaise chose. Mais je vous rassure, ce n’est pas notre objectif premier. On a des matchs jusqu’à la trêve, on a conscience qu’il faut faire mieux. Il faut grimper au classement. Comment avez-vous utilisé cette trêve internationale avec vos joueurs ? On a travaillé physiquement avec certains. Il y a eu deux matchs amicaux. On a aussi géré tous les cas afin d’être au mieux pour le match du week-end.

Passi : « Diarra est un exemple »

Lassana Diarra est dans le groupe. A-t-il un niveau acceptable ? Oui. Il a joué 90 minutes lors du dernier match amical (contre le Cameroun). Il est à un niveau ou il peut apporter à l’équipe. Il va bien, il a récupéré. Il adore le foot, il aime jouer. J’imagine qu’il va être prêt pour jouer ce week-end. Son retour est un plus pour nous, mais les autres ne doivent pas s’arrêter de jouer pour autant. Qu’apporte-t-il au quotidien ? C’est un exemple. C’est un joueur qui s’entraîne collectivement, mais aussi seul. Il a de l’expérience. Il montre la voie aux plus jeunes, il arrive à les éduquer aussi. Il leur montre ce qu’est le foot de très haut niveau. Qu’est-ce que vous pensez de cette équipe de Metz ? Je pense que c’est une équipe dangereuse. Elle a des atouts en attaque. Ça va très vite sur les côtés et Erding est capable de tout. Même s’ils ont pris 7-0 contre Monaco, il faudra respecter les Messins si on veut réaliser un bon match. C’est une équipe regroupée derrière et donc difficile à manœuvrer. Il faudra trouver des espaces. Vous avez déjà encaissé 7 buts dans un match ? Comment s’en remet-on ? Non, mais j’en ai pris six une fois. A Valence. Il y avait 4-0 après 20 minutes. Ils avaient marqué sur 4 contres. On se dit souvent que c’est un accident. Il faut évacuer rapidement et parler du prochain match. Metz est une équipe qui joue le contre ? Exactement. On attend de se faire contrer pendant le match. Il faudra être attentif et vigilant. Bien gérer la possession pour bien finir nos actions.

Passi : « J’ai foi en mes joueurs »

Est-ce que cela va vous inciter à utiliser une tactique différente ? On s’adapte très peu à l’adversaire depuis le début de la saison. On essaye d’être dans le camp adverse et de créer des attaques. On essaye d’avoir la supériorité numérique devant, mais on se fait contrer sur certains matchs. C’est là où il faut être vigilant derrière, avoir des joueurs qui réagissent rapidement à la perte du ballon. Qu’est-ce que ça fait d’être l’entraîneur du club qui battra le record de matchs en Ligue 1 ? J’aimerai juste battre Metz. Le record est historique, c’est une reconnaissance pour toutes les personnes qui gèrent le club. Mais on ne pensera pas à ça pendant le match, on pensera seulement aux trois points. Est-ce que la trêve a engendré de la sérénité ? Ce n’est pas la trêve qui m’a fait changer d’avis. J’ai un groupe uni, avec une bonne ambiance. J’ai foi en mes joueurs. Les personnes nous critiquent moins car c’était la trêve, mais si on perd contre Metz, les critiques reviendront. Propos recueillis par K.A., à Marseille
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant