L1 - Marseille / Franck Passi : « J'ai accepté ce rôle et j'accepte la pression aussi »

le , mis à jour à 19:45
0
L1 - Marseille / Franck Passi : « J'ai accepté ce rôle et j'accepte la pression aussi »
L1 - Marseille / Franck Passi : « J'ai accepté ce rôle et j'accepte la pression aussi »

Franck Passi, l’entraîneur de Marseille, livre son analyse après la défaite concédée sur la pelouse de Guingamp (2-1, 2eme journée de Ligue 1), dimanche après-midi. El Local demande du temps.

Franck Passi, que vous inspire cette défaite contre Guingamp ? On s'est mis à l'envers dès le départ. On a mis dans les meilleures dispositions possibles cette équipe de Guingamp qui est une équipe de contres. Ensuite, on a bataillé, on a eu le ballon, mais on n'a pas eu assez d'occasions de buts. Avez-vous senti du mieux après la pause ? Au retour des vestiaires, les joueurs n'ont pas lâché et se sont battus jusqu'au bout. C'est une bonne chose et cela montre qu'ils ont du caractère. Maintenant, il faut transformer ce caractère en efficacité. Mais que retenez-vous de cette partie ? Ce que je garde de positif, c'est l'état d'esprit de mon équipe, le caractère de mes joueurs qui se sont battus jusqu'au bout pour essayer de revenir à la marque. Parfois, ils se sont trompés dans leurs choix, mais ils se sont très bien battus.

Passi : « Ce n'est que le début de saison »

Comment expliquez-vous cette entame de match catastrophique ? Avant le début de la rencontre, on sentait que mes joueurs avaient envie. Malheureusement, cette entame de match nous a un petit peu bloqués, surtout que l'adversaire est une belle équipe de contre. On a essayé de poser notre jeu, de trouver des espaces, mais on en a trouvé très peu. Etes-vous inquiet ?  Ce n'est que le début de saison. Tous les joueurs qui vont arriver nous feront du bien. On ne va pas s'affoler, on va prendre la patience qu'il faut pour construire une équipe qui fonctionne. Il y a un vrai potentiel, il y a des joueurs de qualité, il y a des joueurs qui ne sont pas encore en forme. Il faut travailler. Ressentez-vous une forte pression sur vos épaules ? Lorsqu'on est entraîneur de l'Olympique de Marseille, on est sous pression, j'ai accepté ce rôle et j'accepte la pression aussi. Le plus gros problème de Marseille, c'est qu'il faut que l'on gagne un match. Si on arrive à gagner, je pense que les joueurs seront un peu plus en confiance. Je pense que derrière, ça va s'enchaîner.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant