L1 - Marseille : Courbis fait son état des lieux

le
0
L1 - Marseille : Courbis fait son état des lieux
L1 - Marseille : Courbis fait son état des lieux

Alors que Marseille entre dans une nouvelle ère avec le rachat par Frank McCourt et l’arrivée de Rudi Garcia sur le banc, Rolland Courbis s’est longuement confié à L’Equipe sur les besoins du club phocéen. Et pour l’ancien entraîneur de Rennes, il y a du boulot.

L’Olympique de Marseille est en pleine reconstruction. Le nouveau propriétaire Frank McCourt a donné une ligne directrice et veut de nouveau voir son club au sommet du football français. Un projet qui a débuté avec l’arrivée de Rudi Garcia mais qui devrait se prolonger lors du Mercato hivernal pour tenter de renforcer l’effectif actuel. Un avis que partage Rolland Courbis, qui s’est longuement confié au quotidien L’Equipe. « Je rejoins juste Garcia quand il parle d’un renfort par ligne au Mercato d’hiver. C’est un minimum, assure l’ancien entraîneur de Rennes. Derrière, les latéraux ne sont pas doublés par exemple. » Mais le truculent technicien pose des garde-fous sur un tel recrutement, surtout vu les joueurs qui évoluent actuellement sous les couleurs phocéennes. « Il y a une différence entre une recrue et un renfort. Devant, tu peux trouver mieux mais il faudra bien chercher, confirme Rolland Courbis. En attaque, il y a sept joueurs pour trois postes sans compétition européenne. Cela ne va pas faciliter la tâche de Rudi. La réussite de ce Mercato d’hiver dépendra aussi des quelques départs qui pourront alléger l’effectif. » Courbis : « Pour être champion de France, tu dois virer 70 % de l’effectif » Rolland Courbis continue son explication en assurant que Marseille a le potentiel pour viser haut, mais pas forcément très haut à l’heure actuelle. « Marseille a de quoi finir largement aux sept premières places. À part Paris, Monaco, Nice et Lyon, je ne vois pas meilleur en qualité dans notre L1, tonne l’ancien entraîneur de Montpellier. Pour être champion de France, tu dois virer 70 % de l’effectif. » Et pour remplacer les éventuels partant, Marseille devrait faire preuve de malice et d’intelligence... mais cela aura sans grand doute un coût. « C’est bien gentil de chercher un nom, encore faut-il qu’il ne soit pas carbonisé, assure celui qui a été sélectionneur de l’Algérie. Il y a peut-être des coups à faire, comme Monaco à l’époque avec Berbatov. Pour faire de bonnes comparaisons, réfléchissons à ce que l’OM a perdu par rapport à l’équipe d’il y a seulement un an et demi avec les Mandanda, Nkoulou, Mendy, Lemina, Gignac, Ayew, Payet, Batshuayi… Pour avoir cet effectif-là aujourd’hui, combien faudra-t-il dépenser en transferts et en salaires ? » Une équation à laquelle les dirigeants marseillais vont devoir trouver une réponse.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant