L1 - Marseille : Aaron Leya Iseka : « L'OM ? Je n'ai pas du tout hésité »

le , mis à jour à 19:00
0
L1 - Marseille : Aaron Leya Iseka : « L'OM ? Je n'ai pas du tout hésité »
L1 - Marseille : Aaron Leya Iseka : « L'OM ? Je n'ai pas du tout hésité »

Recrue estivale de l’OM, Aaron Leya Iseka affichait un large sourire devant la presse lors de la présentation de l’Olympique de Marseille. A 18 ans, l’attaquant prêté par Anderlecht a de belles ambitions marseillaises.

Aaron Leya Iseka, quelles sont vos impressions après avoir rejoint le club où votre frère, Michy Batshuayi, a brillé ? C’est une joie immense, mon frère est passé juste avant moi et a fait de grandes choses. Je vais essayer de refaire ce qu’il a fait, voire mieux, et avec la chance tout peut arriver. Vous vous êtes créé une belle occasion contre Gérone mercredi soir. Comment se passe votre intégration depuis votre arrivée. Comment vous sentez-vous physiquement ? Franchement, je me sens au top. J’ai encore beaucoup de points à travailler avec le groupe. On est en préparation et les choses vont venir naturellement. J’espère que ça ira pour moi. Marseille avance dans un contexte particulier. Pourquoi avoir choisi l’OM ? L’OM ? Je n’ai pas du tout hésité. C’est un gros club avec une grande histoire. Si j’ai la chance de briller ici et faire honneur à ce nom, ce sera quelque chose d’inoubliable. Malgré votre jeune âge, quelles sont vos ambitions personnelles et collectives avec l’Olympique de Marseille ? Personnellement, je ne regarde pas l’âge. Vous savez dans le foot aujourd’hui, il y a de plus en plus de jeunes qui jouent. Je veux apporter un plus à l’équipe pour avoir les meilleurs résultats possibles et réaliser une grosses saison.

Leya Iseka : « Quelque chose de nouveau de jouer devant autant de supporters »

Il parait qu’il y a une clause dans votre contrat, si vous ne disputez pas un certain nombre de matchs avant le mois de janvier, Anderlecht peut vous rapatrier. Est-ce que ça vous met une certaine pression ou est-ce un point positif ? C’est un point positif pour moi, je sais que j’aurai ma chance. A moi de la saisir, et si ça se passe bien, je resterai. Si l’aventure se passe mal, nous nous assiérons autour d’une table et on verra ce qui se passe. Vous portez le numéro 22, comme votre frère à l’OM. Est-ce votre idée, votre frère vous a chambré ou est-ce une idée du club ? Non, c’est venu de moi. C’était une envie personnelle. Quand mon frère a porté ce numéro, il a fait de bonnes choses. Alors pourquoi pas moi. Pourquoi vous ne portez pas le même nom que votre frère ? Mon frère a le même nom que mon père et moi, j’ai le nom de ma mère. Je suis le plus petit de ma famille et ma mère voulait absolument que je prenne son nom. Vous avez déjà connu l’ambiance au Vélodrome mais en tant que spectateur. Vous avez hâte de disputer votre premier match sur cette pelouse, même si c’est un contexte particulier ? Oui, j’ai hâte. Ce sera quelque chose de nouveau pour de jouer devant autant de supporters. J’espère que je ne les décevrai pas. Propos recueillis par Karim Attab, à Marseille 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant