L1 - Lyon / Jean-Michel Aulas : « Profondément marqué par toutes les attaques dont j'ai été victime »

le
0
L1 - Lyon / Jean-Michel Aulas : « Profondément marqué par toutes les attaques dont j'ai été victime »
L1 - Lyon / Jean-Michel Aulas : « Profondément marqué par toutes les attaques dont j'ai été victime »

Le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, est revenu dans le journal Le Progrès sur les coulisses de l’élection à la LFP. Entre négociation et vote, la journée a été très longue.

Après plus d’un mois de crise et une première élection avortée le 5 octobre dernier, la Ligue de Football Professionnelle (LFP) s’est enfin trouvé un Conseil d’administration et une nouvelle présidente. Mais la journée du 11 novembre a été particulièrement longue et riche en rebondissements. Raymond Domenech qui pensait s’être assuré de son élection à la tête de l’instance est déjà revenu sur cette assemblée générale pour le Huffington Post. Dans les colonnes du journal local Le Progrès, c’est Jean-Michel Aulas, le président de Lyon, qui a évoqué les coulisses de cette élection.

Aulas d’accord avec Le Graët

Le boss lyonnais a conservé sa place au Conseil d’Administration de la LFP. Mais cela n’a pas été de tout repos si l’on en croit ses dires, et il a attiré une partie des tensions et du ressentiment de certains des présents. « Je suis profondément marqué par toutes les attaques dont j’ai été la victime. Je crois que je peux toujours apporter mon expérience, mon relationnel, et ma disponibilité, » explique-t-il dans les colonnes du quotidien régional. Malgré tout, « JMA » a réussi à garder la main. Au point qu’il était « d’accord » avec Noël Le Graët pour proposer la candidature de Nathalie Boy de la Tour, finalement élue au bout du suspense.

Des concessions effectuées

Avant même le choix d’un nouveau président, le conflit entre les dirigeants du foot français s’est cristallisé sur la répartition des droits télé. Les négociations ont duré « huit heures » souligne Jean-Michel Aulas. Et de détailler les accords passés entre les plus gros et les plus petits clubs : « Les grands clubs ont accepté qu’une provision de l’ordre de 8M€ soit versée aux douze derniers du championnat en mai prochain et ont renoncé aux 20 M€ dévolus aux clubs européens ». L’écart entre les différentes équipes de Ligue 1 se réduira donc. L’influence de Jean-Michel Aulas, elle, n’est apparemment pas près de disparaitre.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant