L1 - Lyon : Jean-Michel Aulas ne digère pas la tentative de putsch à la LFP

le
0
L1 - Lyon : Jean-Michel Aulas ne digère pas la tentative de putsch à la LFP
L1 - Lyon : Jean-Michel Aulas ne digère pas la tentative de putsch à la LFP

Quelques jours après une tentative de putsch avortée à la LFP dont il aurait été l’une des principales victimes, Jean-Michel Aulas ne décolère pas. Dans des propos rapportés par le Journal du Dimanche, le président lyonnais fait part de sa peine et s’en prend à nouveau à son homologue guingampais, Bertrand Desplat.

« Ou j’incarne le diable ou je suis là pour défendre les intérêts : c’est paradoxal et ça me laisse perplexe. Je suis immensément peiné. » Près d’une semaine après l’incident diplomatique, Jean-Michel Aulas est encore en rogne. En début de semaine, le président de l’Olympique Lyonnais a failli être éjecté du conseil d’administration de la LFP par une tentative de putsch des « petits » clubs. La conséquence d’une guerre interne qui n’en finit plus au sommet du football français. Leader désigné du clan adverse à Aulas, Bertrand Desplat concentre toute la rancœur du patron de l’OL, qui s’est confié dans les colonnes du Journal du Dimanche au sujet de son homologue guingampais.

Aulas : « Dans ses yeux, on sentait que c’était sa revanche »

« J’ai été surpris de le voir émerger en pleine lumière alors qu’il ne représente pas grand-chose économiquement et j'ai été déçu par ses arguments populistes, peste Jean-Michel Aulas. Il y a une ambiguïté dans sa démarche, il veut s’émanciper du grand dirigeant qu’est Noël Le Graët (ndlr : beau-père de Bertrand Desplat). Dans ses yeux, on sentait l’autre jour que c’était sa revanche. » Dans le même article du JDD, le président de Guingamp se défend d’être « un chef de clan », et constate simplement que « la Ligue vit une fin de cycle ». Et si ses méthodes ont pu paraitre brutales à l’égard de Jean-Michel Aulas, le gendre de Noël Le Graët n’entend pas entrer en guerre avec son homologue lyonnais, qu’il décrit d’ailleurs comme « le meilleur des présidents ».

Aulas envisage d’entrer à la FFF

Toujours est-il que dans un mois, lors de la prochaine assemblée générale de la LFP, Jean-Michel Aulas pourrait à nouveau être la cible des frondeurs. Une situation à laquelle le président lyonnais se prépare. « Si aucun armistice n’est trouvé, je me retirerai sur la pointe des pieds, parce que c’est la logique du système. Je n’ai pas l’intention de trahir mes amis et mes idées », prévient JMA, qui a forcément de la suite dans les idées. Un poste à la FFF l’intéresse d’ailleurs sérieusement. Pas la présidence, mais un poste de « représentant du monde professionnel ». Sur la liste de… Noël Le Graët, évidemment !
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant