L1/Lyon. Hubert Fournier: «Je me nourris des critiques»

le
0
L1/Lyon. Hubert Fournier: «Je me nourris des critiques»
L1/Lyon. Hubert Fournier: «Je me nourris des critiques»

Depuis bientôt cinq mois, Hubert Fournier a découvert un nouveau monde. Durant cet intervalle, l'entraîneur de 47 ans a déjà connu beaucoup de choses au gré de débuts catastrophiques de l'OL puis d'un rebond intéressant (nul à Paris, victoires contre Monaco et Lille). L'ancien Rémois revient, sans se dédouaner, sur ses premiers pas dans un club comme Lyon.

Change-t-on de métier en passant de Reims à Lyon ?

HUBERT FOURNIER. Pas tant que ça. Ce serait exagéré. Forcément, il y a des différences en termes d'objectifs, de moyens, mais les problématiques sont relativement similaires. Lyon a survolé le championnat dans les années 2000. Il y a une grosse attente pour retrouver ce niveau, mais on n'a plus les moyens de cette époque.

Les attentes sont-elles trop importantes ?

De temps en temps, oui. Les dirigeants ont une analyse assez objective de ce qu'on peut faire. En revanche, chez les supporteurs, les partenaires ou même les médias, les attentes ne sont peut-être pas tout à fait en adéquation avec nos moyens.

A écouter Jean-Michel Aulas, la transition avec Rémi Garde a été ratée. Acceptez-vous cette remontrance ?

C'est un constat, plus qu'un reproche, inhérent à tout changement. Ça a pris de l'ampleur à cause des mauvais résultats. On a démarré la préparation avec un tiers de l'effectif absent. Certains n'avaient même pas joué quatre-vingt-dix minutes quand on a débuté en Ligue Europa. Il aurait fallu adapter la préparation, reprendre une semaine plus tôt. On peut aussi englober le staff médical. On doit faire mieux, avec un suivi plus approfondi des joueurs blessés, même pendant leurs congés. On ne peut pas attendre leur retour pour savoir où ils en sont. On saura faire mieux dans le futur.

Alors qu'on vous comparaît à Rémi Garde, à votre arrivée, on vous décrit finalement comme assez différents...

Je n'étais pas venu pour copier Rémi. Je me reconnais beaucoup dans ce qu'il a fait à Lyon et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant