L1. Lorient-Marseille : fin de match agitée, Audard gifle Valbuena

le
0
L1. Lorient-Marseille : fin de match agitée, Audard gifle Valbuena
L1. Lorient-Marseille : fin de match agitée, Audard gifle Valbuena

La fin du match entre Marseille et Lorient samedi après-midi a été très agitée. L'arbitre a distribué les cartons, notamment deux rouges à André Ayew et au gardien de Lorient Fabien Audard à la suite d'échauffourées qui ont éclaté après le coup de sifflet final.

La fin de match avait déjà été tendue avec des cartons jaunes distribués à Gassama (Lorient), Jordan Ayew (90+2) et Barton (90+6). Les esprits se sont échauffés après que Gignac, blessé, se soit allongé sur la pelouse alors qu'il allait être remplacé par Amalfitano - il est finalement sorti sur une civière et a reçu un carton jaune pour gain de temps.

Le capitaine de Marseille, Steve Mandanda, a estimé que l'arbitre du match contre Lorient (1-0), samedi, a «peut-être eu une mauvaise appréciation» en infligeant un carton rouge à André Ayew après les échauffourées de la fin de partie.

«Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé (après le coup de sifflet final). Il y a peut-être une mauvaise appréciation de l'arbitre car Dédé (André Ayew) vient juste pour séparer (les joueurs). C'est ce qu'il nous a dit. Il n'y a pas lieu de lui mettre un carton rouge là-dessus. J'espère qu'ils (la Ligue) vont regarder les images et lui retirer ce carton», a déclaré le gardien international français.

«Apparemment il y a eu quelques gifles d'Audard (sur Valbuena), cela en a énervé quelques uns chez nous. Je n'ai pas trouvé très intelligent de la part de l'arbitre de mettre un rouge (à André Ayew et Audard)», a de son côté estimé le défenseur marseillais Rod Fanni. «Il aurait pu mettre un jaune (à chacun) et revoir ensuite les images à la vidéo pour éventuellement ensuite alourdir la sanction. Cela aurait été plus judicieux. A mon avis il aurait dû faire preuve de psychologie», a-t-il ajouté.

«Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, personnellement j'étais déjà rentré aux vestiaires. Ceux qui ont vu ont vu, et s'il y a des...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant