L1 - Lorient : Féry « ne joue pas à Football Manager »

le
0
L1 - Lorient : Féry « ne joue pas à Football Manager »
L1 - Lorient : Féry « ne joue pas à Football Manager »

Loïc Féry, président de Lorient, est revenu sur le transfert de Didier Ndong vers Sunderland dans les dernières heures du Mercato. Une transaction inéluctable selon le boss du FCL, en raison de la somme proposée par les Black Cats.

Il est venu le temps des explications pour Loïc Féry. Quatre jours après la clôture du marché des transferts et le transfert de Didier Ndong vers Sunderland contre vingt millions d’euros, un départ non compensé, le président de Lorient s’est justifié sur ce mouvement de dernière minute. Il s’est exprimé dans un long entretien accordé à Ouest-France pour rétablir ses vérités sur les circonstances de la transaction. « On a refusé à trois reprises le départ de Didier Ndong, à douze puis à quatorze et à seize millions d’euros, a raconté Féry. Mais quand la dernière offre, à vingt millions d’euros, et sans doute un peu plus avec les bonus, est arrivée, son départ devenait inéluctable pour plusieurs raisons. D’une part parce qu’il y avait cette offre, qui représente 50 % du budget du FCL, mais également parce que le joueur pouvait multiplier son salaire par dix ou par douze (cinq ans de contrat). Du coup, Didier n’était plus dans les dispositions pour qu’on puisse compter sur lui dans les semaines, voire les mois à venir. » Surtout que Ndong disputera aussi la Coupe d’Afrique des Nations cet hiver avec le Gabon.

Féry : « Il n’y a pas de joueur intransférable »

Le tout rendait son départ inéluctable, à en croire Féry. « La réalité est qu’il n’y a pas de joueur intransférable, même le dernier jour du mercato, et qu’on ne peut pas tout contrôler. On ne joue pas à Football Manager. Derrière ce transfert, il y a un homme, un groupe, un club. Garder Didier Ndong contre son gré et ne pas pouvoir le faire jouer, ce n’était pas une situation dans laquelle on voulait se trouver. » Ce qui pose néanmoins question, c’est le fait que l’argent récolté n’ait pas été réinvesti dans l’urgence. Une question de timing. « Pourquoi le mercato se termine-t-il alors que les championnats ont recommencé depuis un mois ? Pour moi, c’est aberrant, a soufflé Féry. Ce qu’il faut également savoir, c’est qu’on a reçu d’autres offres, et non des moindres, durant les dernières heures du mercato, mais qu’on les a refusées. » Dans le cas contraire, la fin du Mercato lorientais aurait fait couler encore plus d’encre.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant