L1 - Lille : Eder buteur, faute de mieux

le
0
L1 - Lille : Eder buteur, faute de mieux
L1 - Lille : Eder buteur, faute de mieux

Buteur décisif du Portugal en finale de l’Euro 2016, Eder a traversé comme un fantôme le début de saison difficile de Lille. Mais si le buteur des Dogues a marqué et offert les trois points de la victoire à son équipe, tout n’est pas brillant.

Oui, Lille a signé une deuxième victoire en huit journées samedi soir face à Nancy. Oui, Eder a enfin trouvé le chemin des filets pour offrir la victoire au Dogues. Oui, le LOSC n’est plus dans la zone de relégation. Mais, non, tout ne va pas si bien que ça dans le Nord car le buteur portugais n’est pas en grande forme et car le club est désormais... barragiste. Placé en pointe dans un 4-2-3-1 face aux Nancéiens samedi soir avec le trio Bauthéac-R.Lopes-M.Amalfitano en soutien, le seul buteur du Portugal lors de la finale de l’Euro 2016. Durant la rencontre, Eder n’a pas été capable de tenir la position d’attaquant de pointe, dézonant trop souvent sur un des côtés et n’apportant pas beaucoup à la construction du jeu offensif lillois, avec notamment 23 ballons perdus. S’il a marqué, c’est sans doute parce c’était sur penalty car son autre tentative durant la rencontre a manqué le cadre.

Antonetti : « On a retrouvé le vrai Eder »

Si la prestation d’Eder est plus que contrastée, mais n’a pas été finalement nuisible au résultat d’une équipe de Lille qui a également profité de quelques largesses arbitrales comme un hors-jeu sifflé à tort contre le Nancéien Issiar Dia avant d’obtenir un penalty qui ne souffre d’aucune contestation, Frédéric Antonetti a vu un tout autre match de son attaquant. L’entraîneur lillois, en effet, a loué les mérites d’Eder... « Depuis le match à Saint-Etienne la semaine dernière, on a retrouvé le vrai Eder, a tonné l’entraîneur corse en conférence de presse. C'est un guerrier, il nous fait du bien. » Mais Frédéric Antonetti, heureusement, a été plus lucide sur la performance de son équipe. « C'est un court succès, mais on ne va pas faire la fine bouche, confirme ce dernier. On a été poussif. Mais contre une équipe regroupée, il faut être en confiance et en ce moment, on ne l'est pas. » Un manque de confiance qui, s’il continue, pourrait coûter cher au club du président Michel Seydoux.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant