L1 : Les affluences dans les stades en forte chute depuis le début de la saison

le
1
L1 : Les affluences dans les stades en forte chute depuis le début de la saison
L1 : Les affluences dans les stades en forte chute depuis le début de la saison

Après huit journées, les premiers chiffres des affluences dans les stades de Ligue 1 indiquent une chute assez nette par rapport à la saison dernière. Seul Lyon, qui profite du Parc OL, Toulouse, et les promus connaissent une embellie dans ce domaine.

La Ligue de Football Professionnel misait sur un effet positif post-Euro. Mais les premiers chiffres sont mauvais. Très mauvais, même. Après huit journées, les affluences dans les stades de Ligue 1 connaissent une chute presque généralisée. Une infographie réalisée par nos confrères du Parisien ce jeudi révèle que douze des vingt clubs de l’élite ont vu leur nombre de spectateurs diminuer depuis le début de la saison comparé à l’exercice 2015-16. C’est à Marseille, pour des raisons essentiellement sportives, que la chute est la plus vertigineuse, avec 43% de spectateurs en moins en quelques mois. Montpellier, Nantes et Bastia rencontrent également de grosses difficultés, avec des baisses de fréquentation qui oscillent entre 30 et 20%.

Même le Chaudron et le Parc des Princes n’y arrivent plus

Même des stades habitués à faire le plein régulièrement ces dernières années doivent faire face à une affluence en berne. C’est le cas de Geoffroy-Guichard (-17%) et du Parc des Princes (-4%). A l’inverse, deux clubs ont connu une très forte hausse de leurs affluences. Toulouse, qui surfe sur sa folle remontée de la fin de saison dernière et qui réussit un très bon début de championnat, a 52% de spectateurs en plus sur ses trois premiers matchs au Stadium en 2016-17. Pour Lyon, l’explication est ailleurs. Avec 46% de spectateurs en plus, le club rhodanien remporte les bénéfices de la mise en service du Parc OL, dont la capacité a été grandement revue à la hausse. Au rayon des hausses, quand Nice, Rennes et Caen évitent l’épidémie avec des augmentations de fréquentation assez légères, ce sont les trois promus (Metz, Nancy et Dijon) qui réalisent aussi de bonnes opérations.

Un séminaire aux USA pour visiter les installations de NBA, NFL et MLS

« Je ne nie pas la réalité, mais j'essaie de la relativiser, précise Didier Quillot, le directeur général de la LFP, dans les colonnes du Parisien. Huit journées, ce n'est même pas un tiers du championnat. Tout le secteur des spectacles, de l'entertainment, des loisirs est en baisse à cause de l'état d'urgence. Les performances sportives, l'état des pelouses ont également un effet », avance-t-il. Pour tenter d’améliorer l’accueil des spectateurs et repenser leur modèle, seize clubs de Ligue 1 voyageront dans les prochaines semaines aux Etats-Unis pour y visiter les infrastructures de NBA, NFL et MLS. Mais le patron de la Ligue s’interroge aussi sur les effets pervers de la diffusion des matchs à la télévision. « Il faudra en effet s'interroger dans le prochain appel d'offres des droits télé sur le fait de ne mettre en vente qu'une partie des matchs et non tous, comme cela se passe en Angleterre. Il faut étudier sérieusement le nombre de matchs diffusés. Intuitivement, je pense que cela améliorera la fréquentation. » Sauf que dans ce cas, il serait difficile de renégocier des droits TV à la hausse…
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danalias il y a un mois

    Allez L' O. L. !!