L1 : La multiplication des prêts agace l'UNFP

le
0
L1 : La multiplication des prêts agace l'UNFP
L1 : La multiplication des prêts agace l'UNFP

L’UNFP et les prêts : ça fait deux. Le syndicat des footballeurs pros a publié un communiqué pour dénoncer les dérives des prêts dans le football français.

L’élément déclencheur ? Le match Bastia - Bordeaux dans lequel Enzo Crivelli, prêté par les Girondins au club corse, n’a pas disputé à cause de « petits arrangements » selon l’UNFP. Depuis plusieurs années, certains clubs prêteurs négocient un accord pour que le joueur en question ne joue pas contre son club propriétaire. « Longtemps consignées sous seing privé, au nez et à la barbe des règlements de la LFP, ces clauses s'affichent donc désormais au grand jour dans l'indifférence quasi générale », estime l’UNFP.

« Mercantilisme sauvage », « Système qui se moque de l'éthique »

Le communiqué ne s’arrête pas là. Le syndicat pointe clairement du doigt la Ligue de Football professionnel, qui laisse faire selon l’UNFP. « Homologués par la commission juridique de la LFP, contre l'avis de l'UNFP - qui prêche ici dans le désert - les petits arrangements entre... amis comme celui-ci ne sont que la partie émergée d'un système qui, sur fond de mercantilisme sauvage, se moque de l'éthique, cette valeur refuge, aujourd'hui déjà bafouée à l'envie. » Pour donner du sens à son argumentation, l’UNFP a pris l’exemple de Chelsea, « qui a prêté 38 de ses joueurs l'été dernier » et qui s’inquiète qu’un « marché parallèle à celui des transferts, uniquement dicté par l'appât du gain, imposé aux joueurs, et qui fera fi de leur carrière puisqu'il ne s'agira plus, dès lors, ni de football, ni de sport. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant