L1-L2 : Sept présidents mandatés pour négocier « un armistice »

le
0
L1-L2 : Sept présidents mandatés pour négocier « un armistice »
L1-L2 : Sept présidents mandatés pour négocier « un armistice »

Les principaux dirigeants de Ligue 1 et la Ligue de football professionnel (LFP) ont annoncé, jeudi, que sept présidents de clubs de L1 avaient été désignés par leurs pairs pour « aller vers un armistice ». Ils se réuniront le 27 octobre afin de trouver une solution dans le conflit qui frappe le foot français.

Après l’épisode des élections avortées au conseil d’administration de la Ligue, le 5 octobre dernier, les dirigeants du foot français vont tenter de trouver un terrain d’entente pour mettre fin au conflit qui oppose les grosses écuries de L1 à plusieurs autres équipes de l’élite et de Ligue 2. Dans ce contexte pesant, sept présidents de Ligue 1 ont été désignés pour tenter de trouver un terrain d’entente avec les « petits » qui souhaitent une meilleure répartition de la manne financière des droits TV. Les grosses cylindrées du championnat veulent, au contraire, obtenir encore plus de moyens afin de défendre la compétitivité des clubs français sur la scène européenne.

Aulas : « Des personnes qui vont négocier pour le compte de tout le monde »

Les présidents du PSG, de Lyon, Monaco, Bordeaux, Guingamp, Lorient et Nice auront pour mission de calmer les tensions. Ils se réuniront le 27 octobre au siège de la LFP afin de soumettre leurs propositions aux autres présidents de L1 le 3 ou 4 novembre au siège de la Ligue. « On a discuté de comment on pouvait aller vers un armistice, a expliqué Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, jeudi. On a des personnes qui vont négocier pour le compte de tout le monde et rendront compte ensuite. »

Aulas : « Toujours un risque qu’on ne soit pas d’accord »

Malgré tout, il existe encore un risque pour que les deux parties ne s’entendent pas. Jean-Michel Aulas ne s’en cache pas. « Il y a toujours un risque qu'on ne soit pas d'accord, a indiqué le patron du club rhodanien. Mais les conditions de discussions pour parvenir à un accord sont réunies. Cependant, ça ne veut pas dire, parce qu'il y a une délégation qui va discuter de la stratégie et des droits TV, que la solution est trouvée. » Les deux camps ont jusqu’au 11 novembre, date de la prochaine assemblée générale élective de la Ligue, pour trouver un accord et éviter un nouveau camouflet.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant