L1 (J6) : Les micros d'or de mercredi soir

le , mis à jour à 23:35
0
L1 (J6) : Les micros d'or de mercredi soir
L1 (J6) : Les micros d'or de mercredi soir

Retrouvez les meilleures déclarations après les matchs de la 6eme journée de Ligue 1 ce mercredi soir. Du sandwich de Leonardo Jardim à l'émerveillement amer de Laurent Nicollin, en passant par le dépit jardinier de François Ciccolini

Le plus parieur : Bruno Genesio (entraîneur de Lyon)

« C'est une soirée positive avec les deux buts de Nabil Fekir après son retour de blessure. Mardi soir, je pensais le mettre sur le banc. J'ai eu l'intuition de le titulariser. C'était un pari. J'ai été agréablement surpris de son niveau physique alors qu'il n'a pas joué depuis longtemps. »

Le plus émerveillé : Laurent Nicollin (président délégué de Montpellier)

« Il faut savoir si la psychologie pour un gamin qui joue son premier match professionnel, c'est de lui infliger un carton rouge sur sa première faute. Après, les merveilles du football, ce qui est bien, c'est qu'un joueur, même avec une double fracture de la jambe à la suite de l'exclusion, puisse réaliser un doublé. Pour le football, c'est bien. »

Le plus cuisinier : Stéphane Moulin (entraîneur d’Angers)

« On a vu de beaux enchaînements, avec de la qualité technique, un jeu varié. La dalle angevine est toujours présente et on y a ajouté un peu de technicité, ça donne un ensemble agréable. »

Le plus excédé : François Ciccolini (entraîneur de Bastia)

« Comment reprocher aux joueurs de ne pas être assez justes sur ce terrain ? Cela devient de plus en plus difficile de jouer là-dessus. On ne peut pas construire avec nos joueurs rapides et techniques. On a fait un bon match avec ces conditions. C'est impossible de faire trois passes. Samedi (ndlr : Bastia accueillera Guingamp), le terrain ne va pas changer, il sera même pire qu'aujourd'hui. »

Le plus collectif : Jocelyn Gourvennec (entraîneur de Bordeaux)

« On a fait un match plein, un match d'équipe, un vrai match collectif. On a été très discipliné. On a été presser les Messins, on a été les chercher, on a beaucoup joué dans leur camp. On a réussi à prendre l'ascendant très vite et il fallait que ça se concrétise au tableau d'affichage. »

Le plus ébahi : Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne)

« Jamais je n’ai vécu un match avec un tel scénario. On perd quatre joueurs dont trois sur blessure… À la mi-temps, j’ai dit à mes joueurs qu’on allait jouer pour gagner. Avec mon staff, nous avons essayé de montrer à mes joueurs que l’on voulait aller chercher ce résultat avec eux. C’est dans ces moments difficiles que peuvent s’écrire des saisons. »

Le plus fair-play : Lucien Favre (entraîneur de Nice)

« Ça donne envie et confiance. On frappe un grand coup oui, mais ce soir seulement. En étant fair-play, on doit constater que le 4-0 est sévère. Il ne faut pas retenir que le score. Ils nous ont dominé pendant un moment. Mais au final ça fait 4-0 quand même avec des buts magnifiques… et je suis très content ! »

Le plus « junk food » : Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco)

« Le rouge de Bakayoko ? Au Portugal, on appelle cela un sandwich. Je suis très étonné que la faute ait été sifflée contre nous... »

Le plus en colère : Franck Passi (entraîneur de Marseille)

« On n'a pas fait un bon match, on a fait beaucoup trop d'erreurs pour pouvoir le gagner et on a offert comme un cadeau à Rennes, ce match. Le premier but, le deuxième but, l'expulsion... Ce sont des erreurs qui théoriquement ne doivent pas arriver à ce niveau. (...) A la fin du match j'étais en colère, oui, je le suis toujours d'ailleurs, même si je n'accable personne. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant