L1 (J5) : Les micros d'or de la soirée de samedi

le
0
L1 (J5) : Les micros d'or de la soirée de samedi
L1 (J5) : Les micros d'or de la soirée de samedi

De la supériorité du Toulouse de Pascal Dupraz à la colère de Frédéric Antonetti, en passant par le soulagement de Sylvain Ripoll : retrouvez les meilleures déclarations des acteurs de la Ligue 1 après les premiers matchs de la 5eme journée du championnat de France.

Le plus frustré : Christian Gourcuff (entraîneur de Rennes)

Battus sèchement à Monaco (3-0), les Rennais ont tout tenté pour gêner de solides Rouge et Blanc. Les Rennais se sont bien battus, malgré une première mi-temps ratée, et auraient pu espérer mieux au retour des vestiaires selon Christian Gourcuff, très frustré après la rencontre. « J’ai des regrets sur la première période. L’approche du match a été passive, sans rythme et sans intensité. On doit faire beaucoup mieux. En deuxième période on a bien réagi, on a pris les choses en main. On a dominé les débats avec l’obligation de revenir au score. A dix minutes du terme, on était plus proche du 1-1 que du 2-0. Finalement on prend ce deuxième sur une erreur qui ne pardonne pas. Le troisième est anecdotique, mais c’est quand même lourd au vu de la physionomie du match. »

Le plus sûr de lui : Pascal Dupraz (entraîneur de Toulouse)

Vainqueur de Guingamp (2-1) dans un match très tendu, Toulouse continue de prouver qu’il est presque intraitable à domicile. Alors qu’ils étaient menés 0-1 contre le cours du jeu, les joueurs de Pascal Dupraz n’ont pas paniqué et ont petit à petit inversé la tendance. Pour leur entraîneur, la supériorité des siens était d’ailleurs... évidente. « Une belle débauche d’énergie, face à une coriace équipe de Guingamp. Ça s’est joué sur des faits de jeu, mais au final, victoire logique. Il y a eu une domination écrasante du TFC. »

Le plus soulagé : Sylvain Ripoll (entraîneur de Lorient)

Soir de première pour Lorient. Les Merlus ont disposé d’une faible équipe de Lille sur un penalty (généreux) de Benjamin Moukandjo. Première victoire de la saison pour les hommes de Sylvain Ripoll, qui occupent malgré tout toujours la place de lanterne rouge du championnat. Anecdotique sur le moment pour un Sylvain Ripoll qui savoure. « Ça fait du bien, ça fait longtemps que ça nous était pas arrivé. Je tiens à souligner l’état d’esprit du groupe qui a livré un match dans des conditions pas facile et dans un contexte tendu. On a été très structuré, dans notre situation c’était très important de passer par là, d’être solide défensivement et de profiter des quelques opportunités offensives que l’on s’est créé. C’est qu’un début. Il faut confirmer. Mais ça fait du bien. »

Le plus heureux d’un nul : Pablo Correa (entraîneur de Nancy) 

Match nul ce samedi entre Nancy et Nantes. Si les Nantais ont longtemps cru avoir fait le plus dur en ouvrant le score avant l’heure de jeu, ils sont tombés sur une équipe nancéienne qui n’a rien lâché. Un bon point pour Pablo Correa qui a avoué être satisfait du résultat. « C’est un bon match nul pour nous. Comme on dit généralement, dans le foot, c’est le résultat qui compte mais c’est un match nul heureux pour nous. Par moment on a donné la sensation de ne pas être à la hauteur. Il y a eu beaucoup de déchets techniques. On a bénéficié d’un coup de pied arrêté pour égaliser. C’est bien mais il faudra s’améliorer par la suite. »

Le plus déçu d’un nul : René Girard (entraîneur de Nantes) 

Accroché par Nancy ce samedi soir (1-1), René Girard est revenu sur la rencontre de Nantes Il regrette l’absence fatale de ses joueurs sur l’égalisation adverse, alors qu’ils avaient pourtant fait le plus dur en ouvrant le score à Marcel-Picot. « On a été mis en danger une seule fois, sur un coup franc anodin. C’est comme ça c’est le football. C’était important d’arrêter l’hémorragie. Mais on est tombés sur un gardien déterminant sur trois parades où il a sauvé son équipe. On a été bien mieux que les semaines précédentes. Je suis satisfait non pas du résultat, mais du comportement des garçons. Ce qui est vraiment dommage, c’est qu’on a une absence dans le match et on la paye comptant... Il faut continuer à travailler. »

Le plus méfiant : Olivier Dall'Oglio (entraîneur de Dijon) 

Tenu en échec à domicile par Metz, Dijon ne gagne pas et se rapproche de la zone rouge. Pour Olivier Dall'Oglio, il est nécessaire de corriger certaines choses rapidement pour éviter que les contre-performances ne s’enchaînent. « C'est un match nul plus ou moins équitable. Metz a eu beaucoup d'occasions en première mi-temps avec un pénalty manqué. En seconde mi temps, c'est nous qui avons eu pas mal d'opportunités avec aussi un pénalty raté par Sammaritano. On prend ce point mais ce qui m'interpelle, c'est notre manque de tranchant offensif. Nous avons parfois du mal à profiter de certaines situations. Et physiquement, nous devons aussi nous améliorer car les matchs vont vite s'enchaîner. »

Le plus énervé : Frédéric Antonetti (entraîneur de Lille)

Les temps sont durs pour Lille. Les Dogues se sont une nouvelle fois inclinés ce samedi soir à Lorient contre une équipe qui n'avait pas encore pris le moindre point cette année. Une triste performance pour Frédéric Antonetti, qui après cinq matchs, évoque déjà une crise au LOSC. Le technicien corse n'a d'ailleurs pas mâché ses mots... « On est en crise, je le dis haut et fort et ça ne me dérange pas de le dire. On est en crise de résultats, de jeu, de mentalité, de partout. On a trop de joueurs qui sont en-dessous de leur niveau. Trois défaites en cinq matchs après l'élimination contre Qäbälä, eh ben, on est en crise. On a manqué de discernement, on a manqué d'application et quand vous manquez de tout ça, le football vous tourne le dos. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant